Arrivé en été 2018 en provenance de Leicester City, Riyad Mahrez ne devrait pas quitter Manchester City de sitôt. Même si son nom a été évoqué du côté du Paris Saint-Germain pour palier un éventuel départ de Neymar, l’Algérien devrait poursuivre avec le double-champion d’Angleterre sortant.


Pep Guardiolan compte sur Mahrez et tient fermement à ce qu’il reste parmi ses rangs pour la prochaine saison. Depuis le début de l’exercice en cours, le Fennec s’est imposé comme un atout majeur dans l’effectif du technicien espagnol. Avec ses 9 buts et 14 passes décisives quand on réunit toutes les compétitions, le Dz présente un bilan plutôt convaincant.
Acheté 69 millions d’euros il y a un an et demi, le natif de Sarcelles a un contrat qui n’expire qu’en juin 2023. Et il devrait rester à l’Etihad Stadium pour une autre année au minimum si l’on croit le Daily Mail. Le journal britannique rejette toute éventualité de départ pour le gaucher qui serait courtisé par le Paris Saint-Germain et susciterait un intérêt du Real Madrid de Zinédine Zidane. Émargeant à presque 12 millions d’euros/an, le Meilleur joueur d’Angleterre en 2016 n’a pas de réelles raisons de quitter le navire tant son capitaine Guardiola en a fait un élément pérenne.

Intransférable, ou mais…
Ce qui est certain c’est que la direction des « Skyblues » fera tout pour ne pas laisser partir les joueurs cadres vers d’autres écuries. Surtout si la suspension pour deux ans des compétitions européennes, prononcée en février dernier par l’UEFA, est confirmée. Un combat compliqué sur le plan juridique qui pourrait avoir des répercussions sur l’effectif. Et pour retenir les meilleurs éléments, il faudra mettre le paquet. Sauf qu’il y aura un gendarme à savoir le fair-play financier.
Cependant, si les choses se compliquent, il faudra peut-être vendre. Oui, mais à quel prix ? Lorsqu’il était arrivé chez les Citizens, le capitaine de l’équipe nationale était le transfert le plus cher du club avant que Rodri ne débarque l’été dernier. C’est pour dire que l’investisseur émirati n’avait pas hésité à casser la tirelire pour le faire venir. Et l’Abu Dhabi United Group, propriétaire du club, n’est pas susceptible de le brader sachant que le bail compte encore 3 années.
On dit « brader » parce que la crise sanitaire que connaît le monde actuellement aura, fort probablement, des répercussions sur le marché. Les indemnités de transferts pourraient prendre un sérieux coup avec une dépréciation quasi-certaine de la valeur des footballeurs. On ajoutera à cela la volonté des clubs de rééquilibrer leur balance économique. Toutes ces données risquent de freiner les transactions et les arrivée-départ. Quelqu’un avec la qualité de Mahrez pourrait ne pas coûter plus de 30 millions d’euros. C’est presque la moitié de son prix d’achat. Que City ne le cède pas, ça ne serait que logique économique. Aussi, l’ailier est un argument sportif certain pour permettre le départ de Sané. L’Allemand est annoncé au Bayern Munich avec insistance. n