Synthèse Lyes Sakhi
Alaa M. est accusé d’avoir torturé des prisonniers et tué au moins un opposant de Bachar al-Assad. Cet ancien médecin syrien, qui a exercé en Allemagne, est jugé pour crimes contre l’humanité à partir de mercredi à Francfort. Arrêté en juin 2020 dans la Hesse (ouest de l’Allemagne), Alaa M. est renvoyé devant le tribunal pour 18 cas de torture d’opposants au régime syrien et pour le meurtre par injection d’un détenu. Pour toutes ces accusations, le parquet fédéral le poursuit pour « crimes contre l’humanité » au nom de la compétence universelle de l’Allemagne. Ce principe juridique a permis, la semaine dernière, la condamnation à vie d’un ancien gradé syrien dans un autre procès en Allemagne, le premier de ce type. Alaa M., qui nie fermement les faits reprochés, aurait commis ces exactions présumées dans deux hôpitaux militaires à Homs, dans le centre de la Syrie, et à Damas. Des actes qui illustrent, selon des opposants au régime, l’utilisation de ces établissements sanitaires dans la répression. Il est jugé par le tribunal régional de Francfort et encourt la prison à vie. Le médecin aurait aussi sévi dans une prison des renseignements militaires syriens entre avril 2011 et fin 2012 à Homs, bastion de l’opposition au régime.
A un détenu qu’il avait frappé avec une matraque, le médecin aurait ensuite « administré une injection avec une substance létale (…) dont il est mort en quelques minutes », selon le parquet spécialisé de Karlsruhe. Le médecin aurait pratiqué cette injection mortelle « afin de démontrer son pouvoir et de réprimer en même temps la révolte d’une partie de la population syrienne », dénonce l’acte d’accusation visant le praticien syrien. L’accusé est également soupçonné, au cours de l’été 2011, année du déclenchement du soulèvement populaire en Syrie, d’avoir aspergé d’alcool avant d’y mettre le feu les parties génitales d’un adolescent dans la salle d’urgence de l’hôpital militaire de Homs. Il se serait alors vanté auprès d’anciens collègues d’avoir inventé une « nouvelle méthode » de torture. Les opposants torturés ont subi, selon les cas, coups à la tête, au ventre, dans les parties génitales, sur des blessures. Le médecin aurait procédé à la correction d’une fracture osseuse sans anesthésie, arrosé une plaie avec un désinfectant contenant de l’alcool, avant d’y mettre le feu, selon des éléments « recueillis » par la justice. L’accusé a quitté la Syrie mi-2015 pour rejoindre l’Allemagne grâce à un visa délivré par l’Allemagne aux Syriens exerçant certaines professions « en pénurie », dont la médecine. Chirurgien orthopédique, Alaa M. a exercé dans plusieurs établissements hospitaliers avant d’être reconnu par des réfugiés syriens. Un ancien colonel des services de renseignement syrien a ainsi été condamné, le 13 janvier, par la justice allemande à la prison à vie pour crimes contre l’humanité dans le cadre du premier procès au monde lié aux exactions attribuées au régime de Bachar al-Assad.
Source AF