L’Allemagne, plongée dans une grave crise de l’énergie, va connaître une récession de 0,4% et une inflation de 7% en 2023, selon les prévisions du gouvernement dévoilées mercredi. «Nous vivons actuellement une crise énergétique difficile, qui se transforme de plus en plus en crise économique», a commenté le ministre allemand de l’Economie Robert Habeck, lors d’une conférence de presse. Pour 2022, la croissance attendue a été revue à la baisse, à 1,4%, et l’inflation à la hausse, à 8,0%, contre respectivement 2,2% et 6,1% anticipés lors des dernières prévisions, en avril. Cette révision à la baisse des prévisions confirme les pronostics dévoilés mardi par le FMI qui voit aussi la première économie européenne basculer dans la récession en 2023, tout comme l’Italie, trois ans seulement après le choc économique du Covid-19. «Sans l’effet du blocage des prix du gaz, l’inflation aurait été nettement plus élevée en 2023», a détaillé le ministère allemand de l’Economie dans un communiqué. L’Allemagne a dévoilé fin septembre un plan à 200 milliards pour subventionner, jusqu’en 2024, les prix de l’énergie consommée par les ménages et entreprises, ce qui freinera l’inflation en 2023. Avant l’annonce de ce plan massif, les principaux instituts économiques allemands avaient annoncé s’attendre à une nouvelle poussée d’inflation de 8,8% pour 2023. La baisse, puis l’arrêt début septembre, des livraisons de gaz russe à l’Allemagne, plombe la première économie de la zone euro. L’Allemagne, qui s’approvisionnait à 55% en Russie avant la guerre, doit se fournir ailleurs, à des prix beaucoup plus élevés. Ces tensions ont fait exploser le prix du gaz et de l’électricité en Europe, faisant flamber l’inflation et le coût de production de l’industrie, moteur de la croissance allemande. Résultat: la production industrielle faiblit. Elle a chuté de 0,8% en août, selon l’institut de statistique Destatis. Sont frappées de plein fouet les industries à forte intensité énergétique, comme la chimie, la métallurgie, le papier et le verre. Ces secteurs ont vu leur production baisser de près de 9% depuis février. Berlin se veut toutefois positif sur la question du remplacement des livraisons de Moscou: «nous sommes en très bonne voie pour résoudre la question des importations russes», a déclaré M. Habeck. Ayant diversifié ses fournisseurs en se tournant vers la Norvège, les Pays-Bas ou les Etats-Unis, l’Allemagne remplit plus rapidement que prévu ses réserves de gaz, qui atteignent un niveau de 94,67%, proche de l’objectif de 95% fixé pour début novembre. n