Comme sa nouvelle pépite, Alphonso Davies flashé à 36.51Km/h face au Werder Brême, le Bayern Munich va beaucoup trop vite pour ses adversaires en Allemagne.
Les Bavarois ont acté leur 8e consécration de suite en Bundesliga mardi à l’issue du succès étriqué (0/1) chez
les Brêmois. Réalisation inscrite par l’inévitable Robert Lewandowski. A buteur coutumier un sacre désormais,
et plus que jamais, habituel.

Numériquement et sur le terrain, il aura été l’homme providentiel de la consécration des Munichois. Avec ses 31 réalisations, dont celle du titre, en 32 journées en championnat, Robert Lewandowski (46 pions en 10 rencontres TTC) a activement participé à ce 8e sacre d’affilée dans un exercice dans lequel le désormais octuple tenant du titre a connu des difficultés.
Flick et le déclic
D’ailleurs, Niko Kovač a été démis de ses fonctions le 03 novembre 2019. C’est Hans-Dieter Flick qui a pris les rênes techniques. Il était son adjoint. Une procédure courante qu’est de prendre le second et le placer sur le banc provisoirement. Celui qui devrait être entraîneur d’intérim jusqu’à trouver un coach de renom a tout simplement sublimé un groupe qui semblait peu inspiré. Il était même d’envisager que les « Rouge et Blanc » laisse le trône au RB Leipzig ou Borusia Dortmund. Ces derniers étaient aux commandes devant les coéquipiers de l’époustouflant Joshua Kimmich qui a encore étonné par sa polyvalence. En tout cas, Flick a fait du Bayern la machine de guerre qu’on avait toujours connue. Ça lui a valu un contrat durable courant jusqu’en 2023. La direction a remarqué que c’était l’homme qu’il fallait. Avant de signer son bail permanent, l’Allemand avait dit : « ça ne m’intéresse pas du tout, avait-il dit, ce qui compte, c’est l’équipe et son succès. Tout le reste n’est pas entre mes mains, ce sont des choses que l’avenir décidera.» Son employeur le retiendra forcément puisque Coman & cie étaient redevenus impitoyables. Ce nouveau triomphe précoce, survenu à deux journées du terme. Certes, sous Pep Guardiola il y a 6 ans, le team de Munich a ringardisé la Bundesliga en soulevant le bouclier fin mars pour signer la distinction la plus précoce de l’histoire.
Toujours pour ce qui s’agit de cette belle remontée, peu étonnante compte-tenu du potentiel du sigle 5 fois champion d‘Europe, on a pu assister à l’éclosion d’un certain Alphonso Davies. Libérien de nationalité et né au Ghana, il a choisi de jouer pour le Canada, son pays de refuge. A 19 ans, il a pu s’affirmer au poste de latéral gauche alors qu’il n’a pas été formé pour défendre à la base. Comme quoi, il y a des choses qui sont écrites et qu’on découvre dans des conjonctures délicates. Davies est une étoile née dans le dur. Que ce soit pour la vie normale ou dans le football circus.

Triplé en vue ?
Les années passent en Allemagne et le Bayern ne cède pas la couronne. Naturellement. Le « Rekordmeister » porte parfaitement son nom. 76 trophées au total toutes compétitions réunies dont 30 en championnat. Pour cette saison, Neuer et ses coéquipiers sont toujours en lice pour faire le doublé locale comme ce fut le cas lors de l’opus 2018-2019. En finale de Coupe d’Allemagne (DFB Pokal), ils rencontreront le Bayer Leverkusen le 4 juillet prochain. Aussi, en Ligue des Champions, qui reprendra au mois d’août, ils devraient se qualifier sans encombre en quarts de finale ayant battu 3 buts à 0 Chelsea à Londres à l’aller. Pourquoi pas un retentissant triplé comme lors de la séquence 2012-2013 ? L’impossible n’est pas allemand… n