Le taux de d’exploitation des eaux de mer dessalées dans l’alimentation en eau potable (AEP) devrait atteindre les 40% à l’horizon 2024, à l’échelle nationale, grâce à la réception d’un nombre de nouvelles stations de dessalement d’eau de mer (SDEM), selon les prévisions du responsable de l’Agence du bassin hydrographique algérois-Hodna-Soummam (ABHAHS). « Nous prévoyons une hausse du taux d’exploitation des eaux de mer dessalées dans l’alimentation en eau potable, de 20% actuellement à 40% à l’horizon 2024, avec l’entrée en service d’un nombre de nouvelles stations de dessalement d’eau de mer (SDEM), qui seront destinées à des wilayas du littoral et d’autres régions avoisinantes », a indiqué à l’APS, El Mehdi Oggad, en marge d’une journée de sensibilisation au profit des imams, organisée à la mosquée « El Kawthar » de Blida, sous le slogan « L’économie de l’eau, un devoir religieux ». Il a souligné que la nouvelle stratégie du secteur mise beaucoup sur les ressources hydriques non conventionnelles représentées, notamment, par les eaux de mer dessalées, pour satisfaire la demande croissante en eau potable, a-t-il dit en relevant que, « suite au stress hydrique de ces dernières années causé par le manque de précipitations, a eu pour résultat une baisse du niveau des eaux souterraines et des barrage ». M. Oggad qui a insisté sur l’impératif de la rationalisation de la consommation d’eau potable pour préserver cette ressource vitale, a observé que les infrastructures (de production et de stockage d’eau) actuellement opérationnelles, dont 85 barrages d’une capacité de mobilisation de 9 milliards de M3 d’eau, « ne pourront plus à l’avenir couvrir les besoins des populations en eau potable, en cas de leur exploitation irrationnelle ». Cette journée de sensibilisation sur l’économie de l’eau a ciblé les imams, en prévision de la programmation de ce thème dans leurs prêches qui seront axés sur l’impératif d’éviter le gaspillage de l’eau, qui est une ressource épuisable en cas de consommation irrationnelle. Le directeur des affaires religieuses et des wakfs de la wilaya, Kamal Belassel, a annoncé, à l’occasion, le lancement, à partir du 15 octobre prochain, de campagnes de sensibilisation similaires au profit des élèves des classes coraniques, avant l’organisation d’autres campagnes au profit des femmes, qui seront menées par des « Morchidates » (prédicatrices) religieuses.
(APS)