Dans une réaction aux déclarations du chef de l’Etat M. Tebboune sur les ressortissants algériens en situation d’illégalité de séjour en France, l’entourage du ministre français Gerald Darmanin a déclaré maintenir, pour ces ressortissants, le chiffre de «7.730 obligations de quitter le territoire français (OQTF). «Il n’y a jamais eu 7.000 (clandestins algériens, ndlr), c’est complètement faux», a déclaré le président Tebboune. «La liste qui nous est parvenue en 2020 et les trois listes en 2021 comptaient 94 cas parmi lesquels 21 ont été acceptés et 16 autres rejetés», a assuré le chef de l’Etat. «Ils ne vont pas rentrer (en Algérie) car ils sont liés au terrorisme. Ils sont venus de Syrie (…) Il y a des binationaux qui n’ont pas de famille ici», a-t-il ajouté. L’entourage de M. Darmanin a expliqué à l’AFP en réponse hier lundi: «La liste (des 94 Algériens, ndlr) à laquelle le président Tebboune fait référence aux profils ultra-prioritaires, ceux fichés pour radicalisation et qu’on considère comme les plus dangereux, qu’on veut renvoyer au plus vite». Le nombre de laissez-passer consulaires attribués depuis le début de l’année, «une trentaine», «n’est pas acceptable», a répété l’entourage de M. Darmanin.