Depuis la réouverture du ciel aux voyageurs algériens, la cherté des prix des billets continue de susciter la polémique et a, mainte fois, été dénoncée par la diaspora installée à l’étranger et surtout en France, ou un simple aller-retour a battu des records.

La colère des Algériens face à cette situation est encore une fois montée d’un cran à l’approche de l’Aïd El Adha où une forte demande pèse sur la destination Algérie. Face à cette situation qui persiste, les familles n’ont pas d’autre choix que de payer pour renouer avec leurs proches et passer cette fête religieuse hautement symbolique dans leur pays. Abdelouahab Yagoubi, député des Algériens de France, a encore une fois dénoncé le diktat des campagnes aériennes dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre Aïmene Benabderrahmane, rendue publique jeudi dernier et qui porte essentiellement sur «la hausse des prix des billets d’avion et les difficultés de voyager».
Abdelouahab Yagoubi rappelle, dans sa lettre ouverte, qu’après avoir repris à maintes reprises les appels de la diaspora pour la baisse des prix, le Premier ministre annonce la création d’une commission pour enquêter sur les prix élevés des billets Air Algérie, mais le constat aujourd’hui est que, depuis cette annonce, aucune information n’a filtré sur l’évolution de cette enquête au moment où les prix exorbitants des billets continuent à défier toute logique sauf celle du gain commercial sur le dos des Algériens. Le député algérien souligne à ce propos dans sa lettre que «sept mois après l’annonce de la mise en place de cette commission ministérielle n’est-il pas temps de connaître les résultats de ses travaux et quelles sont les véritables raisons qui ont conduit à la hausse des prix et de lever l’injustice subie par nos concitoyens ? D’autant plus que nous nous approchons des vacances d’été et de la célébration de l’Aïd Al Adha». Il précise à propos du suivi de cette enquête, suite à l’annonce du gouvernement, qu’il a déjà «adressé par la suite une question orale au Premier ministre, le 30 mars 2022, pour nous renseigner sur les résultats de cette commission d’enquête.

Un prix de billet qui devrait être plafonné à 70 euros

Abdelouahab Yagoubi rappelle également dans sa lettre ouverte qu’il saisit l’occasion de l’annonce de l’ouverture de cette enquête pour démontrer, lors d’une séance à l’APN, que le prix d’un billet Paris-Alger en aller-retour ne devrait pas dépasser les 70 euro, en se basant sur le coût de référence internationale par heure de vol globalement applicable (pour un Boeing 737 ou un Airbus 330), incluant notamment les frais de carburant et d’autres frais inhérents aux dépenses d’une compagnie aérienne.
Tout en rappelant qu’il a soumis «un rapport détaillé sur les difficultés rencontrées par les Algériens pour rentrer au pays», le député des Algériens en France souligne la souffrance de la communauté algérienne suite à la rareté des billets et la flambée des prix.
Pour rappel, malgré l’augmentation des vols entre la France et l’Algérie dans le cadre du programme spécial d’été, les tarifs pratiqués par les compagnies aériennes, qu’elles soient nationales ou étrangères, continuent de susciter la déception d’autant que beaucoup d’Algériens établis en France espéraient avoir droit à des promotions. A titre d’exemple, le vol Paris-Alger au début de ce mois de juillet coûte en moyenne 800 euros par personne dans la plupart des compagnies aériennes et même les compagnies lowcost.