La 4e phase du programme européen P3A a été officiellement lancée, hier, en présence du ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, du chef de la délégation de l’Union européenne en Algérie, l’ambassadeur John O’Rourk et du représentant des Affaires étrangères, Ali Mokrani. Jusque-là, l’application du programme P3A au profit des institutions algériennes a été positive et bénéfique.

« Cette phase de mise en œuvre du programme P3A en Algérie amorce une nouvelle étape dans les relations entre l’Algérie et l’UE ; elle devra renforcer nos liens avec l’UE, le développement du dialogue et le renforcement des liens de la coopération entre les deux parties », a déclaré Mohamed Benmeradi.
De son côté, le directeur de programme P3A, Djilali Lebibat, a fait savoir qu’« une enveloppe de 20 millions d’euros est consacrée à cette phase du programme P3A dont la mise en œuvre s’étale d’avril 2017 à avril 2021». Les signataires de ce présent programme sont le ministère du Commerce, le ministère des Affaires étrangères en tant que coordinateur de l’application de ce projet et l’UE, mais dont bénéficieront plusieurs secteurs, reposant sur un jumelage entre les institutions algériennes et des institutions européennes. Cette phase concerne le renforcement des capacités techniques et organisationnelles de télédiffusion pour accompagner l’ouverture du paysage audiovisuel pour le ministère de la Communication, l’appui à la DGSN dans la mise en place d’un système de management de qualité au sein des structures de la police scientifique et technique pour ce qui est du ministère de l’Intérieur. Il vise également la modernisation du service public de l’emploi. L’Anem en est le bénéficiaire, et cette dernière s’associera à l’agence française Pôle Emploi. Il y a également le ministère de l’Agriculture qui devra bénéficier durant cette phase du programme P3A qui consiste en la mise en place d’une démarche qualité au sein des services de la protection des végétaux et des contrôles techniques. Le secteur de la Santé n’est pas en reste. Il bénéficiera d’une assistance pour identifier des actions pour le renforcement de ses capacités via des projets de jumelage avec des institutions des Etats membre de l’UE. Aussi, M. Lebibat, également inspecteur général du ministère du Commerce, est revenu sur les 3 premières phases du programme P3A. Dans le détail, il a rappelé que le P3A 1, 2007-2012, a bénéficié d’une enveloppe de 10 millions d’euros, affectée au domaine de la concurrence, de la qualité de l’eau, de la conformité industrielle, de l’artisanat et de la finance. S’agissant de la phase 2 du P3A, un budget de 30 millions d’euros a été débloqué par l’UE pour l’Algérie. A cet effet, 9 jumelages institutionnels ont été réalisés. Ces jumelages ont concerné les secteurs de la justice, de la médecine vétérinaire, de l’accréditation, du développement du commerce extérieur, de l’agriculture, de la pêche, de l’aviation civile et de la gestion des finances publiques, qui, à elles seules, ont bénéficié d’un appui spécifique de 5 millions d’euros.
Par ailleurs, le directeur de P3A a détaillé le programme de « clôture » de la phase 3 du P3A, qui s’achèvera en 2019. D’un budget global estimé à 35 millions d’euros, certaines actions ont été clôturées et d’autres sont toujours en cours. Durant cette phase, 16 jumelages ont été conclus entre les institutions algériennes avec des pays issus de l’UE. Ce programme cible la sécurité routière, la protection des consommateurs, l’insertion des personnes handicapées dans le milieu du travail, l’innovation industrielle, l’administration pénitentiaire, le contrôle technique des travaux publics, l’énergie et la gestion intégrée des ressources en eau. Cette 3ème phase contient un volet dédié à la surveillance et l’encadrement du commerce avec une enveloppe spéciale de 5 millions d’euros.