Le partenariat économique entre l’Algérie et la Turquie ne cesse d’évoluer, se distinguant par la réalisation et l’engagement de projets communs dans divers secteurs d’activité ainsi que par un volume des échanges en constante évolution, avec plus de 4 milliards de dollars en 2021.

L’Algérie, qui ne comptait en 2000 que sept entreprises turques, se place aujourd’hui au 7ème rang des pays dans lesquels la Turquie investit le plus dans le monde et la première en Afrique.

Les investissements directs turcs en Algérie ont atteint près de 5 milliards de dollars et ont généré quelque 30.000 postes d’emploi, selon des données officielles turques.

Ces investissements ont été réalisés notamment dans les secteurs de l’acier et du fer, du textile, des produits chimiques et d’entretien, des produits pharmaceutiques et agro-alimentaires. Il s’agit, notamment, du complexe sidérurgique TOSYALI, implanté à Oran, investi dans la production du rond à béton, du fil machine et des tubes en spirale et prochainement dans l’acier plat, ainsi que du complexe intégré des métiers de textile du groupe “Tayal” de Sidi Khettab à Relizane.

Au total, le nombre d’entreprises turques présentes en Algérie a atteint les 1.400 englobant divers secteurs dont la construction, le bâtiment, les travaux publics, l’industrie, l’agriculture, la distribution et les technologies de communication, ainsi que le transport maritime et aérien.

La valeur totale des projets gérés par les entrepreneurs turcs en Algérie est d’environ de 20 milliards de dollars. En 2021, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint, selon les statistiques du ministère du Commerce et de la promotion des exportations, les 4,2 milliards de dollars.

Les exportations de l’Algérie vers la Turquie ont atteint la valeur de 2,5 milliards de dollars tandis que les importations ont été de l’ordre de 1,7 milliard de dollars. Les exportations sont composées, à plus de 90%, de produits énergétiques, tels que le gaz naturel liquéfié (GNL), le pétrole brut et le gaz naturel.

Pour les exportations turques vers l’Algérie, elles sont constituées de véhicules de transport, de pièces de rechange, de produits de fer et d’acier, d’outils et pièces de machines, de produits textiles, d’habillements non-tissés, d’outillage, d’appareils de télévision et de communication, de métaux non ferreux, de céréales et leurs dérivés, ainsi que d’emballages de papier-carton et plastique.

Depuis 2013, la compagnie aérienne Turkish Airlines effectue des vols réguliers en Algérie desservant la capitale et les villes d’Oran et de Constantine. Dans le domaine énergétique, les deux pays avaient renouvelé en 2020 le contrat permettant à l’Algérie d’approvisionner la Turquie en GNL jusqu’à 2024, faisant de l’Algérie le premier fournisseur de GNL à la Turquie et le 4ème fournisseur de gaz de pétrole liquéfié (GPLc).

En outre, le partenariat entre le groupe Sonatrach et la société turque Renaissance porte sur la réalisation d’un complexe pétrochimique de production de propylène et de polypropylène (PDH-PP) dans la ville turque de Ceyhan.