Par Salim Benour
Le forum d’affaires mixte qui se termine aujourd’hui s’est caractérisé par de fortes déclarations pour relancer une coopération économique et commerciale très modeste. Les parties algérienne et tchèque ont convenu de leur intention de développer des liens d’affaires dans le secteur de l’énergie.
Lundi 21 novembre, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, et le ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce, Jozef Sikela, ont paraphé une «déclaration d’intention commune» portant sur le renforcement de la coopération algéro-tchèque dans le domaine de l’énergie et des mines. Selon un communiqué du ministère de l’Energie et des Mines, les deux ministres ont convenu d’examiner les possibilités de coopération entre l’Algérie et la Tchéquie dans le domaine des hydrocarbures, notamment l’industrie du gaz, à travers la production, le transport et le stockage du GNL, ainsi que dans le domaine du développement du secteur minier et des études géologiques. Selon la même source, les discussions entre les responsables algérien et tchèque ont également permis de relever les «importantes» opportunités de coopération et d’investissements existant dans le domaine minier en Algérie. La «déclaration d’intention commune» se veut comme une annonce de la volonté des parties algérienne et tchèque à dynamiser une coopération économique et commerciale des plus modestes – 204 millions de dollars en 2021 -, à l’occasion du forum d’affaires mixte qui s’est tenu jusqu’à hier mardi à Alger en présence du ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce, Jozef Sikela, ainsi que des hommes d’affaires et des organisations des deux pays.
Au cours de ce forum, le ministre algérien de l’Industrie Ahmed Zaghdar a appelé, lundi, à «redoubler d’efforts pour hisser le niveau de coopération économique et commerciale» entre l’Algérie et la Tchéquie. Il a plaidé pour une mise à niveau de la relation économique par rapport au «politique» qu’il considère comme «historique», «privilégiée» et susceptible de rapprocher davantage les deux pays sur le terrain des affaires et de l’investissement. M. Zaghdar a mis l’accent sur «la nécessité d’asseoir une coopération à même d’accroître le volume d’échanges commerciaux et économiques tout en hissant les relations bilatérales au plus haut niveau». Il a souhaité la multiplication par les opérateurs tchèques de «visites intersectorielles» pour un «échange d’expériences» et de «développement des partenariats mutuellement bénéfiques avec les entreprises algériennes».
Le forum d’affaires algéro-tchèque, a ajouté le ministre de l’Industrie, «intervient dans une conjoncture spéciale que traverse l’Algérie qui connaît une mutation inédite dans les différents domaines, économique notamment». Affirmant que l’Algérie avait opéré d’importantes réformes pour attirer l’investissement étranger direct et améliorer le climat des affaires par la promulgation de la loi sur l’investissement.
Selon M. Zaghdar, le forum constitue une nouvelle occasion pour les opérateurs économiques des deux pays «afin d’asseoir des passerelles de communication en vue du renforcement du partenariat dans les domaines d’intérêt commun et ce, pour la consolidation de nos relations économiques et commerciales».
Pour sa part, le ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce, Jozef Sikela, a indiqué que sa visite en Algérie à la tête d’une délégation composée de représentants de sociétés tchèques pionnières dans différents domaines «dénote de l’intérêt particulier accordé par son pays à la promotion des relations économiques bilatérales». Pour M. Sikela, ce forum est «une initiative pour approfondir la coopération économique» entre la République Tchèque et l’Algérie, qui l’a qualifié de «partenaire commercial très prometteur» dans différents domaines, notamment l’énergie et les mines. Il a affirmé que le forum «devra aboutir à l’établissement de relations de coopération concrètes».
Pour mémoire, c’est la deuxième fois depuis le début de l’année 2022 qu’une délégation d’opérateurs tchèques se rend en Algérie. Une délégation du ministère de l’Industrie et du Commerce s’est déjà rendue en Algérie en mai dernier. <