Les retraits d’argent auprès des services d’Algérie Poste se sont chiffrés à 4 022 milliards de dinars entre janvier et novembre 2020, soit une baisse de 6% par rapport à la même période de 2019, a fait savoir jeudi le ministre de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar.
Le montant des retraits effectués via les guichets automatiques (GAB) a atteint 763 milliards sur les onze premiers mois de 2020, a précisé M. Boumzar, qui s’exprimait lors d’une séance plénière au Conseil de la nation, consacrée aux questions orales. Cette précision témoigne du recours toujours prédominant au chèque par les usagers d’AT. Une tendance sur laquelle les sénateurs n’ont visiblement pas interrogé le ministre. Ce dernier est revenu sur les mesures prises par son département face à la crise de liquidités qui est revenue en force depuis l’été dernier, créant de fortes perturbations en matière d’approvisionnement des citoyens, visibles à travers les queues interminables qui se forment devant les bureaux de poste, notamment à la fin du mois, période donnant rendez-vous aux retraits des salaires et des pensions de retraite.
Rappelant que cette crise avait coïncidé avec la crise sanitaire de la Covid-19, le premier responsable du secteur a cité notamment l’installation d’une cellule d’écoute et de suivi, comprenant des représentants du secteur de la Poste et de la Banque d’Algérie, chargée de suivre quotidiennement la situation des liquidités pour en assurer la disponibilité dans les bureaux de poste. Une démarche qui semble cependant loin de répondre à l’attente des usagers d’Algérie Télécom, puisque la crise des liquidités est toujours perceptible devant les bureaux de poste qui continuent à enregistrer des files d’attente au quotidien.
Le ministre des Finances Aymen Benabderrahmane s’était d’ailleurs expliqué sur ce dossier devant la presse, fin novembre dernier, au sortir du siège du Sénat où venait d’être adoptée la loi de finances 2021. Il avait alors assuré que le problème serait définitivement réglé à partir du mois de décembre en cours, sans pour autant fournir les détails sur la démarche qui allait être adoptée par son département pour libérer les liquidités.
Or, le gouvernement n’était pas à son premier engagement à régler la crise de liquidité, puisque le même ministre des Finances avait déjà promis, en septembre, une solution pour le mois d’octobre. Un engagement qui intervenait après la sortie du président de la République, instruisant les autorités concernées à ouvrir une enquête suite aux fortes tensions qui avaient marqué les guichets de poste durant l’été.
En attendant le règlement effectif de cette crise, Brahim Boumzar dénombre les actions positives enregistrées par son département. En ce sens, il a rappelé l’augmentation des opérations d’e-paiement par carte Eddahabia durant la crise sanitaire. En effet, entre janvier et novembre 2020, ces opérations se sont multipliées par cinq par rapport à la même période de l’année dernière, selon l’intervenant à la Chambre haute du Parlement. Même constat pour les terminaux de paiement électronique (TPE), où l’on enregistre huit fois plus le nombre des opérations relevées à la même période en 2019.
Parallèlement, un nouveau service de paiement par code à réponse rapide, dit Code QR, a été lancé, via Barid Pay, permettant «aux clients d’Algérie Poste d’effectuer, avec célérité, les différentes opérations de paiement sur smartphone», a encore indiqué le ministre. Ajoutant qu’il a été aussi procédé à «la suspension temporaire» des opérations de retrait d’argent par des personnes morales titulaires de comptes courants CCP, pour accorder la priorité aux opérations de retrait des salaires, pensions et retraites effectuées par les citoyens (personnes physiques). Cependant, les personnes morales ont été orientées vers l’utilisation des moyens de paiement écrits disponibles, à l’instar des chèques certifiés, des transferts de compte à compte, ou via le système de compensation électronique des chèques conçu pour les banques.
Concernant la couverture du réseau de téléphonie mobile au niveau de certaines routes des wilayas de Djelfa et Ouargla, M. Boumzar a fait état de l’entrée en service de 4 sites de l’opérateur Mobilis et de l’annulation de l’installation de 4 autres du même opérateur inscrit au programme 2011, notamment après le constat par la Sonelgaz de l’absence d’un raccordement au réseau électrique au niveau des endroits fixés pour ces sites.
Concernant l’intersection Selmana-Oum Laadham, M. Boumzar a annoncé l’installation prochaine de deux antennes-relais (stations de base) de l’opérateur Mobilis et l’inscription de deux antennes-relais supplémentaires devant fonctionner à l’énergie hybride. Pour rappel, la route reliant Messaad à Touggourt est dotée de trois antennes-relais de Mobilis qui entreront en service prochainement. n