Synthèse de Anis Remane
Selon le journal égyptien Al-Shorouk, le Secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, serait sur le point d’engager une médiation afin d’apaiser le climat de tension actuel entre l’Algérie et le Maroc, après la décision, le 24 août 2021, d’Alger de rompre ses relations avec Rabat.
Aboul Gheit profitera de la réunion des pays voisins de la Libye, la deuxième organisée par l’Algérie cette année après celle du 22 janvier dernier, pour tenter de «combler le fossé» qui s’est creusé entre les deux capitales maghrébines, ajoute le quotidien cairote. La perspective recherchée par le chef de la Ligue arabe est de tenter un rapprochement entre les deux parties avant la tenue de la prochaine session des ministres des Affaires étrangères des Etats arabes, les 7 et 8 septembre prochain.
Une source officielle du Secrétariat général de la Ligue arabe a déclaré, dans un communiqué, que «l’Algérie et le Maroc sont des pays clés», et que «l’espoir est toujours placé dans le rétablissement d’un niveau minimum de relations entre les deux pays, de manière à préserver leur stabilité, leurs intérêts et la stabilité de la région».
Le 25 août dernier, l’Organisation de la coopération islamique (OCI), la Ligue arabe, l’Arabie saoudite et la Libye ont appelé l’Algérie et le Maroc au «dialogue» et à la «retenue». Basée à Jeddah, l’OCI a appelé les deux pays au «dialogue pour résoudre les divergences», selon un communiqué. Le Secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit a, de son côté, exhorté, mardi 24 août au soir, Alger et Rabat «à faire preuve de retenue et éviter une nouvelle escalade». Commentant la dégradation des relations entre les deux poids-lourds du Maghreb, l’Arabie saoudite a, elle aussi, adopté un ton de médiation. «Le royaume (…) appelle les deux pays à prioriser le dialogue et la diplomatie pour ouvrir un nouveau chapitre dans les relations (…) afin de garantir la sécurité et la stabilité», a déclaré mercredi 25 août le ministère saoudien des Affaires étrangères dans un bref communiqué. Durant la même journée, la Libye a déploré la crise, appelant Alger et Rabat «à la retenue» et «à éviter l’escalade».
Dans un communiqué publié sur Facebook, Tripoli a invité les deux pays à «s’accrocher aux principes et aux objectifs communs qui ont mené à la création de l’Union du Maghreb (UMA)». La Libye a, par ailleurs, appelé les membres de l’UMA, une instance régionale lancée en 1989 et qui regroupe l’Algérie, la Libye, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie, à se réunir en marge de la rencontre prévue en septembre des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de la Ligue arabe.