L’inauguration lundi du nouveau siège social de Algeria Gulf Bank (AGB) sis à El-Biar (Alger), si elle était prévue depuis longtemps, s’avère plus que symbolique en ces temps de multiplication des contacts entre les autorités algériennes et certaines monarchies du Golfe.

PAR NAZIM BRAHIMI
Davantage que cela, l’évènement en lui-même s’ajoute aux indicateurs d’un rapprochement entre ces Etats et l’Algérie depuis la visite du chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, au Qatar et au Koweït, deux richissimes émirats dont l’atout, outre celui d’être de potentiels partenaires économiques et commerciaux de premier plan, est de disposer de cartes importantes pour la réussite du sommet de la Ligue arabe que l’Algérie prévoit d’organiser les 1er et 2 novembre prochain à Alger. Le succès de ce sommet peut, en effet, avoir des retombées économiques et s’accompagner d’avancées bilatérales (avec le Qatar et le Koweït) vers la signature possible de contrats pour le financement des différents projets infrastructurels d’envergure que l’Algérie veut réaliser sans recourir à l’endettement extérieur.
La recherche par l’Algérie de capitaux d’investissement, à la veille de l’adoption d’un code que le président de la République a renvoyé pour une nouvelle lecture et une affirmation plus franche d’ouverture aux IDE lors du dernier Conseil des ministres, dimanche dernier, s’est d’ailleurs davantage manifestée par l’appel de l’argentier du pays aux sociétés koweïtiennes d’élargir leur présence économique et commerciale pour englober différents secteurs productifs, à l’instar de l’agriculture et l’industrie pharmaceutique.
M. Abderrahmane Raouya a formulé cet appel à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège social d’AGB à Alger, une cérémonie qu’il a présidée en compagnie du président de la compagnie koweïtienne d’investissement «Kamco» et membre du Conseil d’administration du holding de projets d’investissement du Koweït «Kipco», Cheikh Abdullah Nasser Sabah Al-Ahmed Al-Sabah et la délégation qu’il a conduit. Le ministre des Finances a évoqué, à cette occasion, l’élargissement des investissements koweïtiens en Algérie qui se limitent actuellement aux domaines des banques et des assurances.
Lors de leurs échanges qui ont eu lieu au siège du ministère des Finances, M. Raouya a procédé à une brève présentation des projets de réformes que le gouvernement envisage de mettre en œuvre, soulignant «l’intérêt particulier» accordé aux investissements étrangers, notamment ceux provenant des pays arabes.
Le ministre a informé, à ce titre, son interlocuteur que dans un souci de booster l’investissement et d’améliorer le climat des affaires en Algérie, une nouvelle loi est en cours de finalisation et sera promulguée prochainement. «Cette loi est de nature à renforcer davantage le cadre législatif, de consacrer le principe de liberté d’investissement et d’initiative, et de simplifier amplement les procédures», a-t-il expliqué à son interlocuteur. Ces échanges ont porté, par ailleurs, sur «les possibilités de coopération en matière de modernisation de Bourse et de régulation des opérations boursières», selon le communiqué rendu public par le ministère des Finances. Reçu par le président Tebboune, Cheikh Abdullah Nasser Sabah Al-Ahmed Al-Sabah a, pour sa part, indiqué avoir évoqué lors de cette audience, «les relations bilatérales entre les deux peuples et les deux pays frères et examiné les domaines d’investissement et les projets économiques et les moyens de leur développement».
Pour ce qui est des contacts et échanges avec les Qataris, la visite effectuée récemment par le chef de l’Etat à Doha est de nature à donner un nouveau souffle à la coopération économique entre les deux pays. Les deux parties ont fait part de leur «volonté de promouvoir la coopération bilatérale dans tous les domaines, notamment économique, commercial et gazier», selon la Déclaration conjointe sanctionnant la visite d’Etat de Tebboune à Doha.
Les deux dirigeants ont, par ailleurs, évoqué «les opportunités réelles et diversifiées que recèlent les deux pays pour renforcer la coopération», à la faveur de l’accroissement de la complémentarité en matière d’investissement entre les deux pays, de l’établissement de partenariats et de l’augmentation et de la diversification des échanges commerciaux.
Depuis cette visite, des ministres multiplient les échanges avec leurs homologues du Qatar afin de concrétiser les objectifs définis par les hautes autorités du pays. Marqueur de cette volonté de capter des capitaux auprès de ces monarchies, le président Tebboune a instruit le gouvernement lors de la réunion du Conseil des ministres du 27 février dernier pour mettre en place une commission de préparation et de suivi quotidien des projets d’investissement de grande envergure avec les partenaires au Qatar et au Koweït.
Par ailleurs, une délégation d’hommes d’affaires qataris de haut niveau effectuera prochainement une visite en Algérie afin de discuter avec des entreprises algériennes des projets de partenariats, selon la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI). Cette visite a été décidée lors de la rencontre des deux co-présidents du Conseil d’affaires algéro-qatari, Kamel Moula et Cheikh Fayssel Ben Kacem Al-Thani, tenue début mars à Doha, en présence de l’ambassadeur d’Algérie au Qatar, Mostefa Boutoura.

bon à savoir à propos de AGB

Forte de plus de 1100 collaborateurs, AGB est une banque de droit algérien à vocation universelle qui a démarré son activité en 2004. AGB dispose d’un réseau de 59 agences et de 6 self banking couvrant 39 wilayas en Algérie. La banque s’est fixée comme principale mission d’accompagner le développement économique et financier de l’Algérie en offrant aux Entreprises, aux professionnels et aux Particuliers une riche gamme de produits et de services visant à répondre au mieux à leurs besoins.