Cette note diplomatique porte sur le «dialogue stratégique», les «relations bilatérales» et les «questions politiques» et de «sécurité globale». Elle a été signée par le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, et le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di-Maio en visite à Alger.
Dans une déclaration à la presse, M. Boukadoum a souligné que les relations entre l’Algérie et l’Italie sont «particulières et appelées à se développer davantage», sachant que le mémorandum servira de rappel aux deux parties pour la mise à jour continuelle des dossiers d’intérêt commun.
Le chef de la diplomatie algérienne a ainsi fait part d’un accord entre Alger et Rome en vue de la reprise du dialogue bilatéral et la coopération visant à développer un «véritable partenariat». Il a exprimé ses remerciements à l’Italie qui a invité l’Algérie à la prochaine réunion du G20 qui sera présidée par ce pays en 2021. Le ministre italien des Affaires étrangères a parlé d’une «convergence de vues» entre l’Algérie et l’Italie sur nombre de questions régionales, notamment la Libye et le Mali, et les problèmes qui touchent le bassin méditerranéen. Il a rappelé, à cet effet, «l’importance qu’accorde l’Italie au problème des flux migratoires irréguliers et sa volonté de renforcer sa collaboration avec l’Algérie pour faire face à ce fléau», en saluant «l’engagement de l’Algérie pour y faire face». La coopération en matière de «lutte contre la criminalité organisée et la traite des êtres humains» ont été aussi au menu de ces entretiens, a-t-il ajouté.
Luigi Di-Maio qualifie également de «stratégique» le bilatéral algéro-italien, en appelant à sa «consolidation pour faire face aux défis régionaux auxquels les deux pays sont confrontés». Il a souligné, en outre, que la signature du mémorandum confirme l’«engagement» des deux pays à aller de l’avant pour le développement de la coopération», ajoutant que les deux parties ont exprimé aussi leur intention d’organiser, en 2021, un sommet intergouvernemental et un forum économique.
M. Di-Maio a souligné, à ce propos, que les deux pays ont développé un «partenariat solide» dans les secteurs économique et commercial, rappelant que l’Algérie a été, en 2019, le «premier partenaire» de l’Italie dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) 2019, et que l’Italie est le troisième partenaire de l’Algérie. Il a affiché, à cet égard, le souhait de son pays de diversifier les domaines de coopération avec l’Algérie, autres que le secteur des hydrocarbures. n