L’ambassade d’Italie en Algérie compte organiser bientôt un «Business Forum» pour faire le point sur la relation économique et commerciale entre les deux pays et (re) lancer les activités d’intérêt commun dans ce domaine.

C’est ce qu’a déclaré, avant-hier, l’ambassadeur italien en Algérie à l’occasion de la fête nationale de son pays, ajoutant que Rome et Alger envisagent de tenir prochainement la «réunion du Sommet bilatéral et du Dialogue stratégique sur les questions politiques et de sécurité». Il s’agit de poursuivre des «relations bilatérales amicales, loyales, paritaires» ainsi qu’un «échange structuré et constant» face à des «défis globaux». Et pour lesquels «il est nécessaire de réagir avec un engagement universel».
«Nos Pays seront appelés, d’une manière exigeante, à s’engager en faveur d’une nouvelle gouvernance internationale, plus fidèle aux principes du respect mutuel, de l’inclusivité, de la justice. Nous avons besoin d’un multilatéralisme vraiment démocratique et solidaire», a déclaré l’ambassadeur Pasquale Ferrara qui, profitant de son discours traditionnel à la fête nationale italienne, a tenu à saluer l’élan de solidarité algérienne pour son pays et sa lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus Covid-19. « Cette même pandémie, a-t-il déclaré, nous oblige, en effet, à requalifier les relations entre les pays et à bâtir une véritable communauté internationale».
«Pendant une année cruciale, l’Italie est toujours restée aux côtés de l’Algérie, et elle y restera encore demain. A son tour, le généreux peuple algérien, même dans une phase extraordinaire et délicate de sa propre histoire, n’a pas manqué d’être aux côtés de l’Italie, quand mon pays a été parmi les premiers au monde à subir l’agression d’une crise sanitaire qui maintenant concerne toute l’humanité. Déjà pendant les premières sombres semaines de la crise, notre Ambassade a été inondée par un nombre émouvant de courriels, lettres, vidéos et offres de solidarité de la part de citoyens, étudiants, professionnels et autorités algériennes», a ajouté le diplomate.
«Toute notre profonde gratitude, enfin, aux dizaines de citoyens qui, sans clameur et dans un anonymat absolu, pendant les jours les plus compliqués, se sont rendus à l’Ambassade pour offrir des produits de première nécessité à envoyer en Italie», a-t-il poursuivi après avoir cité les opérateurs et les organisations publiques et privées algériennes qui ont exprimé par des actions leur soutien à son pays durant la crise sanitaire. « Nous ne pourrons jamais oublier cet élan d’amitié et de dignité, qui a honoré le proverbe de l’ancien dialecte de ma région d’origine, la région de Naples, qui dit «A lo besuogno se canosceno l’ammice» (c’est dans le besoin qu’on reconnaît ses vrais amis)», s’est-il exclamé avec la confirmation de l’engagement de l’Etat en faveur de l’Algérie «à travers l’Union européenne et les organisations internationales», mon pays a déjà ratifié un addendum à l’Accord de conversion de la dette pour permettre que 10 millions d’euros soient destinés à de nouveaux projets de développement», a-t-il indiqué.
«Une fois de plus, nos peuples et nos pays se sont redécouverts et reconnus frères, unis et non divisés par une mer, la Méditerranée, qui baigne une seule rive.» A commencer par la tragédie libyenne, «l’Italie et l’Algérie continueront à soutenir des solutions politiques inclusives, partagées, durables. La paix n’est pas une option parmi tant d’autres, mais une obligation et un devoir pour tous», a ajouté l’ambassadeur Ferrara. <