Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig a salué, mardi, les relations économiques et commerciales «solides» entre les deux pays, affirmant que l’Algérie et les Etats-Unis envisagent de hisser le niveau des échanges commerciaux bilatéraux pour s’orienter ensemble vers les marchés arabes et africains. Dans une allocution à l’ouverture des travaux de la 7e session du Conseil gouvernemental international algéro-américain du commerce et de l’investissement (TIFA), tenue à Alger, en présence de l’ambassadrice américaine en Algérie et de nombre d’opérateurs économiques et de cadres relevant des différents départements ministériels (domaines et secteurs économiques) des deux pays, M. Rezig s’est félicité de cette rencontre périodique à même de «hisser le niveau de la coopération économique et d’augmenter le niveau des échanges commerciaux entre les deux pays».
Le ministre souhaite voir cette session couronner «de succès», relevant une forte volonté chez les deux parties de lever toutes les contraintes pour le développement du commerce et des flux d’investissement. Cette rencontre qui prévoit l’examen de plusieurs points, dont l’accès aux marchés des deux pays et le renforcement des relations bilatérales et des contacts entre les acteurs économiques, permettra d’insuffler une forte impulsion aux relations commerciales et économiques entre les deux pays, et de promouvoir la coopération dans divers domaines dans lesquels les Etats-Unis sont leaders, comme les start-up, les technologies de pointe, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Après avoir rappelé la tenue de la 6e session du TIFA, en 2018 aux Etats-Unis, M. Rezig a affirmé que la présente session intervient à point nommé, d’autant qu’elle coïncide avec la 53e édition de la Foire internationale d’Alger, appelant à ce propos les représentants du Gouvernement américain et les entreprises américaines participantes à cette foire à saisir l’occasion de leur présence en Algérie pour tenir des rencontres avec des organismes officiels algériens, chargés de l’investissement, et des opérateurs économiques algériens en vue d’examiner les perspectives d’investissement et atteindre ainsi les objectifs escomptés. Rappelant que les Etats Unis sont arrivés en 2021 à la sixième place des partenaires économiques de l’Algérie, le ministre a tenu à souligner que ce pays représente le septième client et le 11ème fournisseur de l’Algérie.
Le volume des échanges entre les deux pays a atteint en 2021 plus de 3 milliards USD contre 1,82 milliards USD en 2020 et 3,61 milliards USD en 2019, a précisé le ministre. Il a affirmé que les hautes autorités du pays œuvrent à encourager l’investissement étranger en Algérie à travers une série de réformes visant à améliorer le climat des affaires et rendre le marché algérien plus attractif pour les investissements dans de nouveaux secteurs. L’ambassadrice américaine en Algérie, Elizabeth Moore Aubin, a fait part de la volonté de son pays d’augmenter les échanges commerciaux entre les deux pays et de hisser la coopération dans divers secteurs à de hauts niveaux. Cette rencontre de concertation «importante» vise à surmonter toutes les difficultés en vue «d’une coopération commerciale et économique étroite et fructueuse entre les deux pays», a-t-elle fait valoir.
L’ambassadrice américaine a rappelé que les Etats Unis disposent de la plus grande part d’investissement étranger direct (IDE) en Algérie «de plus de 6 milliards USD en 2020», affirmant que son pays souhaite hisser ces investissements à de hauts niveaux. Le chef de la délégation américaine participant à la 7e session du Conseil, Daniel Mullaney a indiqué que cette rencontre avait pour objectif d’examiner les voies et moyens d’une coopération commerciale et économique forte et de relever les défis qui se posent aux opérateurs économiques de part et d’autre. En marge de l’ouverture officielle de la 53e édition de la FIA, inaugurée lundi par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, l’ambassadrice américaine avait déclaré que «la FIA est une des plus grandes foires économiques en Afrique, et une bonne occasion pour les entreprises américaines de rencontrer de potentiels partenaires algériens». Selon Mme. Aubin, les dernières statistiques du Fonds monétaire international (FMI) ont indiqué que les Etats-Unis détenaient la plus grande part de l’investissement direct étranger (IDE) en Algérie, avançant «je n’ai nul doute que les Etats-Unis peuvent et doivent être le partenaire commercial favori de l’Algérie». Exprimant la fierté de son pays de prendre part à la 53ème édition de la FIA en qualité d’invité d’honneur, avec un pavillon commercial de 2000 M2, regroupant une quarantaine d’entreprises américaines de divers secteurs, notamment les technologies de l’environnement, la construction, les produits de consommation, la santé, les TICs, l’énergie, l’aviation la défense et l’éducation. Le pavillon américain organise une série d’activités inspirées des foires américaines, une série de conférences sur la culture américaine, des concerts qu’animera le lauréat du Grammy Awards, M. Chance McCoy, en plus d’un cirque, de jeux et d’émissions de cuisine avec le chef américain «Rock Harper», a conclu le communiqué. n