Une vingtaine d’entreprises algériennes, membres de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-espagnole ont mené, les 19 et 20 janvier derniers, une mission économique à Murcie en Espagne.

En partenariat avec l’Institut de Fomento, l’Agence de développement de la communauté autonome de la région de Murcie, le Cercle du commerce et de l’industrie algéro-espagnol (CCIAE) s’est intéressé cette fois aux énergies renouvelables en ciblant les opérateurs économiques qui activent ou souhaitent investir dans des projets d’énergies propres. En réponse à l’initiative de développement du secteur des énergies renouvelables lancée par les pouvoirs publics en Algérie, cette mission a été l’occasion de dévoiler le programme lancé par la direction des énergies nouvelles et renouvelables du ministère de l’énergie. Rappelons que le programme national porte sur le développement des énergies photovoltaïques et de l’éolien à l’échelle nationale, l’introduction des filières de la biomasse, de la cogénération de la géothermie et le développement du solaire thermique. Cette mission a aussi été l’occasion d’organiser des rencontres en tête à tête avec des entreprises espagnoles spécialisées dans les énergies renouvelables, notamment celles des photovoltaïques et des solaires thermiques. Interrogé sur le déroulement de la mission, Djamel-Eddine Bouabdallah, président du CCIAE, affirme que sa délégation est très satisfaite de cette mission. «Nous avons rencontré des entreprises de réalisation de systèmes photovoltaïques, des constructeurs et nous avons pu visiter certaines installations. Nous avons visité la Fédération régionale de Empresarios del Metal de Murcie (FREMM) et son école de formation professionnelle, composée de 18 ateliers et de 16 classes avec tous les métiers qui se rapportent aux énergies renouvelables », a-t-il fait savoir. Dans ce contexte, le responsable a annoncé la volonté du CCIAE de créer un centre de formation identique à celui de Murcia pour former les jeunes aux métiers liés aux énergies dites propres. « Enthousiasmés, nous avons décidé d’engager rapidement une réflexion pour monter un centre de formation à l’identique en Algérie, bien entendu, avec la collaboration du FREMM », a déclaré Bouabdallah.