Il est évident que les relations entre l’Algérie et la Chine sont tout sauf anodines. Les liens d’amitié historiques en vigueur depuis que la Chine a établi des relations diplomatiques avec l’Algérie un certain 20 décembre 1958, c’est à dire avant même l’indépendance officielle de l’Algérie, ne font que se raffermir.

Les relations entre les deux pays restent exemplaires puisque fondées sur une amitié et une solidarité sans faille qui remontent à une période où l’Algérie était en lutte pour son indépendance. C’est ce contexte historique qui semble avoir contribué à renforcer durablement et à structurer dans la durée les relations bilatérales entre les deux pays. Depuis, la Chine et l’Algérie maintiennent un échange dense à un haut niveau approfondissant de façon continue la coopération bilatérale dans les domaines économique, commercial, culturel, et dans la formation. Les Chinois adeptes du partenariat « gagnant-gagnant » s’investissent avec les opérateurs économique algériens dans différents domaines comme la construction de logements, d’infrastructures de base ainsi que dans les domaines de l’industrie, de l’agriculture, du tourisme, de l’énergie, des technologies de l’espace, du numérique et de la formation. La relation algéro-chinoise est essentiellement portée par la volonté politique d’Alger et de Pékin d’aller de l’avant. Adossé à une relation solide, les deux pays maintiennent une coopération devenue naturelle. Sur le plan économique et commercial, la Chine reste par exemple le premier fournisseur de l’Algérie en produits et équipements divers avec 6,56 milliards de dollars, rien que sur les neufs premiers mois de 2017. Le montant des exportations algériennes vers la Chine, nettement moins important, a été de 473 millions de dollars durant la même période. Les investissements de la Chine en Algérie s’orientent, ces dernières années vers le partenariat dans des domaines divers et variés comme le bâtiment, la réalisation de ports et de voies ferrées ou dans les exploitations minières. Plusieurs infrastructures sont témoins aujourd’hui de cette amitié indéfectible entre Alger et Pékin comme le méga port d’Al Hamdania en construction, ou dans le domaine culturel, le magnifique opéra d’Alger, don du peuple chinois aux Algériens. Ainsi les deux pays qui sont liés par la déclaration sur les relations de coopération stratégique bilatérales signée en 2006 à Pékin s’inscrivent dans une perspective coopérative à long terme. L’intérêt de la Chine porté depuis quelques années au continent africain qui semble inquiéter les Occidentaux qui mettent en garde contre la « Chine-Afrique » a été précédé par cette relation Algérie-Chine d’une solidité exemplaire. L’absence de contentieux historique avec le continent africain demeure la carte gagnante de la Chine en tant que puissance économique mondiale pour s’imposer comme un partenaire fiable sur la base du principe leitmotiv « gagnant-gagnant ».