Par Mohamed Touileb
Après le match Algérie-Cameroun disputé le 29 mars dernier dans le cadre du dernier tour des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022, Bakary Gassama n’a pas manqué de rédiger un rapport accablant. En effet, l’arbitre gambien a noté un manquement dans l’aspect sécuritaire. Le referee a mentionné le jet de sièges sur la pelouse et l’utilisation de fumigènes. La FIFA a décidé de sanctionner l’Algérie par rapport à ça. En revanche, interrogée par l’AFP concernant le recours de l’Algérie, l’instance mondiale a refusé de s’exprimer sur ce sujet.
Comparée à d’autres sélections comme le Nigéria et le Sénégal, qui ont écopé d’un match à huis clos et de lourdes amendes dépassant les 150.000 francs suisses, l’Algérie s’acquittera de 3000 francs suisses comme sanction financière uniquement. Et ce en application de l’article 16 du Code disciplinaire de la FIFA.
Pas de huis clos pour la réception de l’Ouganda
Fort heureusement, les Fennecs ne vont pas devoir évoluer sans leur public pour leur première sortie en juin prochain. Surtout qu’elle coïncidera avec les débuts dans le Nouveau stade d’Oran pour Djamel Belmadi et ses protégés. Elle sera face à l’Ouganda dans le cadre des qualifications de la CAN-2023 qu’abritera la Côte d’Ivoire.
En tout cas, ce n’est pas la décision la plus attendue par les Algériens qui patientent toujours pour le verdict concernant la réclamation introduite par la Fédération algérienne de football (FAF). Pour rappel, l’instance a contesté l’arbitrage tendancieux de Gassama qui a faussé le résultat technique de la partie contre le Cameroun au stade Mustapha-Tchaker.