Par Mohamed Touileb
La Fédération algérienne de football (FAF) annonçait, vendredi, l’écoulement de la totalité des 14.000 billets imprimés pour Algérie–Burkina Faso. La vente a été « faite sur présentation du carnet vaccinal COVID-19 et sans accorder plus de 5 tickets au guichet ». Toutefois, ces mesures n’ont pas pu empêcher que les places se retrouvent en vente au… marché noir. Ainsi, pour en acquérir une, il faudra dépenser 3 à 5 fois leur prix officiel (300 DA).
Les personnes désireuses d’assister au match Algérie – Burkina Faso mardi au stade Mustapha Tchaker (Blida) et qui n’ont pas pu acheter un «pass» au guichet devront mettre la main à la poche. En effet, il faudra payer entre 1000 et 1500 dinars afin de s’offrir une place dans les travées de l’enceinte blidéenne.

Vente express et interrogations
Dans un contexte sanitaire inédit lié au Coronavirus, les Fennecs devraient évoluer devant 14.000 supporters dans 4 jours. Par ailleurs, on notera que c’est la première fois depuis le 10 octobre 2019 et la joute amicale, tenue sur les mêmes lieux, contre la RD Congo qu’ils se produiront devant des gradins garnis à domicile. Certains privilégiés ont pu obtenir le sésame ce vendredi matin lors d’une opération de vente qui a étrangement tourné court.
Toutefois, le fait que des places se retrouvent sur le marché noir «digital» (réseaux sociaux et sites de vente), pousse à se poser des questions sur la transparence de l’opération. Compte tenu de la donne sanitaire délicate, le laxisme dans la vente peut être annonciateur d’une pagaille organisationnelle le jour de la rencontre décisive. Cela confirmerait le non-sérieux et la négligence des personnes qui étaient chargées de veiller au bon respect de cette campagne. Mais on a comme une envie de dire que cela ne nous étonne pas.