Les familles algériennes affluent, durant les soirées d’été vers le front de mer proche du centre commercial Ardis, qui relève de la commune de Mohammadia (est d’Alger), à la recherche de détente sur une plage qui a été classée, par les services de la Protection civile de la wilaya d’Alger parmi les plages interdites à la baignade.

Malgré cette interdiction, les familles venant des quartiers environnants ou celles qui affluent vers la capitale à l’occasion des congés annuels, se rendent à la plage des Pins-Maritimes, qui est le front de mer du centre commercial Ardis. Dès les premières heures de la soirée, le trafic devient dense sur la route reliant le Palais des expositions aux Pins-Maritimes et la promenade des Sablettes qui relève de la commune d’Hussein Dey. Les voitures commencent à stationner à proximité de la plage non aménagée à l’accueil des visiteurs, a-t-on constaté sur le terrain. Un visiteur a affirmé à l’APS, qu’il préférait s’asseoir sur cette plage, malgré « l’absence des conditions d’accueil », avant d’ajouter que le lieu offre, pendant la nuit, une vue panoramique sur la capitale, qui s’étend de la basilique Notre-Dame-d’Afrique au monument Makam El Chahid ». En plein vacarme nocturne où se mêle la musique retentissant des radios des véhicules et les cris des vendeurs itinérants, une dame a déploré « le non-aménagement au profit des familles de cette partie de mer pour la diversification des moyens de divertissement ».
En dépit d’un éclairage insuffisant et de la présence de déchets solides qui jonchent chaque recoin de ce lieu, du fait des travaux réalisés à proximité de la plage, il n’en demeure pas moins que s’asseoir sur une branche d’arbre jetée, sur des petits rochers ou à l’intérieur du véhicule, ne dérangent nullement, semble-t-il, ces personnes qui veillent jusqu’à des heures tardives de la nuit.
A noter la présence, en raison du trafic dense pendant les soirées d’été, de patrouilles pédestres et d’autres motorisées d’éléments de police, car le lieu est parmi les points qui figurent dans le Plan bleu 2018 relatif à la sécurisation de la saison estivale, sous le slogan « Disponibilité et engagement pour le maintien de l’ordre public ». (APS)