Le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, a affirmé, mardi à Alger, que «des assiettes foncières seront affectées» à la construction du «logement aidé» au profit des fonctionnaires à revenu moyen.

Supervisant le lancement de la première étape de la 23e opération de relogement, qui concerne 3 000 familles sur un total de 8 000, au niveau de la cité Mahieddine à Alger, M. Zoukh a déclaré que des assiettes foncières seront affectées à la construction du «logement aidé» au profit des fonctionnaires à revenu moyen.
Soulignant que le lancement de cette opération aura lieu «dès que les assiettes foncières seront disponibles» sans fixer une date, M. Zoukh précise à ce propos que le quota de 320 logements attribué à la wilaya d’Alger est appelé à augmenter après la relance du programme du logement aidé, en vue d’assurer un logement décent à toute la population de la capitale.
Par ailleurs, il a rappelé que les opérations de relogement à Alger, lancées depuis juin 2014 jusqu’à janvier 2018, concernent plus de 82 000 familles ayant bénéficié de différentes formules de logement à l’instar du logement public locatif (LPL) et sociaux participatifs (LSP), outre le programme AADL et public promotionnel à travers lesquels un nombre important d’unités ont été livrées. La remise des clés des LSP et des logements sociaux concernant 1 124 familles de Hydra et Hamamet aura lieu jeudi prochain au niveau de la salle omnisports de Chéraga pour les cités, 1 348 logements (Aïn Benian) et 24 logements (Birtouta), a fait savoir le wali.
L’opération de relogement vers la nouvelle cité des 416 logements à Ouled Fayet de familles confrontées à l’exiguïté à la cité Mahieddine a suscité des protestations de la part de nombre d’habitants qui n’en ont pas bénéficié ou ont été radiés. Appelant la population au calme et à la patience, le wali a indiqué que les opérations de relogement «ne peuvent avoir lieu en même temps et nécessitent du temps».
Concernant les familles radiées des listes, M. Zoukh a affirmé que «les portes de la wilaya sont ouvertes pour tous les recours», soulignant que «l’étude des dossiers de la population de la cité Mahieddine demande plus de temps au vu du grand nombre de familles qui y résident».
Les chantiers de construction de nouvelles cités nécessitent du temps pour leur aménagement, a soutenu le wali, mettant en avant la réhabilitation de la cité Mahieddine avec des espaces verts et des lieux de détente.