Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a appelé dimanche à Alger, les cadres de son secteur à mieux accompagner les investisseurs agricoles notamment à travers la prise en charge de leurs doléances, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Lors d’une rencontre d’évaluation trimestrielle du programme sectoriel, M. Bouazghi a insisté sur « l’accompagnement des porteurs de projets structurants intégrés et sur l’écoute des doléances des partenaires engagés dans cette dynamique pour adapter le cas échéant les dispositifs mis en place et encourager l’intégration des nouveaux investisseurs intéressés », selon la même source. Au cours de cette réunion, le ministre a exhorté également les cadres à plus de mobilisation, d’anticipation et de dynamisme afin d’atteindre les objectifs fixés et œuvrer à mettre en place les mécanismes qui permettent de suivre et d’évaluer les actions de développement réalisées et de disposer de données fiables. Par ailleurs, il a interpellé les responsables des Chambres de l’agriculture et de la pêche pour qu’il soient à l’écoute des agriculteurs, éleveurs et pêcheurs afin d’anticiper sur les évolutions et de mettre en œuvre les orientations et les actions de développement arrêtées en leur assurant des missions d’information et des services de conseil et de formations ainsi que des solutions pour répondre à leurs besoins et leurs attentes.
Cette réunion, qui a regroupé l’ensemble des directeurs du secteur, les conservateurs des forêts, les instituts techniques et de recherche, ainsi que les Chambres de l’agriculture, a été l’occasion d’évaluer les programmes de développement engagés qui sont orientés vers l’exploitation rationnelle des ressources naturelles et la consolidation des bases de notre sécurité alimentaire. 
Ces programmes de développement s’appuient notamment sur l’augmentation du potentiel productif par la création de nouveaux périmètres de mise en valeur, l’extension des superficies irriguées et l’économie de l’eau, l’amélioration de la productivité et la diversification des productions agricoles pour l’amélioration de l’offre agricole, la valorisation et la régularisation des produits agricoles, le développement de l’agriculture de montagne. 
Ils visent aussi le renforcement des capacités humaines pour l’amélioration de l’encadrement technique des programmes, la promotion des investissements et du partenariat, l’exploitation économiques et la valorisation des produits forestiers, l’exploitation optimale des ressources halieutiques en créant les conditions favorables aux investissements à travers l’identification des zones d’activités aquacoles, ajoute le communiqué.