Actuellement, il n’est plus question de lancer uniquement des appels au respect des gestes barrières et de l’importance du port du masque, la situation est en train de changer. La «trêve» dans la propagation de la Covid-19 en Algérie s’essouffle et il est très facile de le constater au niveau de plusieurs régions.
Depuis quelques semaines, de nombreux cas de personnes contaminées sont enregistrés, essentiellement dans les neuf wilayas, encore en confinement partiel, Batna, Biskra, Blida, Tébessa, Tizi-Ouzou, Alger, Jijel, Sidi Bel Abbès et Oran. Et les chiffres officiels quotidiens sont d’ailleurs alarmants. Chaque jour, le nombre de contaminés par la pandémie frôle les 200. Ce qui est encore plus inquiétant, et c’est le premier paramètre pour juger de la gravité de la situation, est le chiffre lié aux décès. Alors que la moyenne était de trois morts par jour, ces derniers temps, le nombre a plus que triplé. Le bilan du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, hier lundi, fait état de dix décès.
A ces chiffres, il faut ajouter ceux communiqués, jeudi dernier, par l’Institut Pasteur d’Algérie. Il était question de 166 nouveaux cas de variants britannique et nigérian confirmés en Algérie. Une hausse vertigineuse qui ne concerne que les patients diagnostiqués. Les experts indiquent qu’il y aurait de nombreux autres cas de contaminés dans la nature.
Ce qu’il faut retenir également dans ce nouveau cas de figure, qui est en train d’annoncer la fin de l’accalmie observée auparavant, c’est le profil des cas enregistrés. La pandémie et ses variants ne touchent pas uniquement les personnes âgées. De plus en plus de trentenaires et de quadras sont signalés parmi les contaminés et, également, sur la liste des décès.
Certes, la troisième vague n’est pas (encore) d’actualité, mais les prémices sont bien présentes. Le grand danger, cette fois, ce sont surtout les variants du virus, présentés comme plus contagieux et dont la «cible» n’a pas d’âge. Même les vaccins présentés comme l’arme fatale face à la Covid-19 ne semblent pas pouvoir les annihiler. Que faire face à cette situation ? La meilleure riposte reste encore et toujours le respect des gestes barrières et le port du masque.