Les fortes températures enregistrées dès hier, dimanche, sur plusieurs wilayas de l’Est devraient se poursuivre aujourd’hui jusque dans la soirée. L’Office national de météorologie annonçant en ce sens que ces températures caniculaires affecteront plus particulièrement les wilayas de Béjaïa, Jijel, Skikda, Annaba et El-Tarf. Le Bulletin météorologique spécial (BMS), placé au niveau de vigilance
« orange », valable pour les journées de dimanche et lundi, ajoute que les températures oscilleront entre 40 et 41 degrés.
Conditions météorologiques exceptionnelles, bien au-delà des
« normales » saisonnières pour la partie nord du pays où les moyennes des températures avoisinent les 33 degrés durant les mois de juillet et août, la Protection civile a mis en garde, au début du mois de juillet, contre les risques liés à la persistance des fortes chaleurs. Les principales craintes en pareille situation de canicule restent, en effet, les risques d’incendies et de feux de forêt, mais aussi les malaises et la multiplication des noyades durant les journées de forte affluence sur les plages. En effet, multipliant les campagnes de prévention depuis le début de la saison estivale, la Protection civile avait rappelé la conduite à tenir durant les pics de chaleur, et notamment de « ne pas s’exposer au soleil », « en particulier les personnes âgées, les malades chroniques ainsi que les enfants », de veiller à « provoquer des courants d’air dans tout le bâtiment, dès que la température extérieure est plus basse que la température intérieure », de « fermer les volets et les rideaux des façades exposées au soleil » et « d’ouvrir les fenêtres tôt le matin, tard le soir et la nuit et de baisser ou éteindre les lumières électriques ».
Quant aux risques d’incendies de forêt d’origine naturelle ou faisant suite à des négligences humaines, ils sont également plus nombreux lors des périodes caniculaires. Les structures de lutte contre les feux, dont la Protection Civile et la Direction générale des forêts, qui ont axé cette année leur stratégie sur l’implication des populations locales, ont toutefois déployé d’importants moyens de lutte. La Protection civile mobilise en ce sens 505 unités d’interventions
« soit 15 000 éléments, déployées quotidiennement dans les secteurs des massifs forestiers » en plus de « 65 colonnes mobiles réunissant un total de 4 000 éléments, en plus de 715 engins tous types accompagnés par un dispositif aérien étoffé », a expliqué le colonel Farouk Achour. La DGF, dont les
« moyens opérationnels sont en alerte pour répondre à toute éventualité », selon son Directeur chargé de la préservation du patrimoine forestier, Saïd Fritas, qui avait également mis en garde contre les conséquences des hausses prolongées de températures pour le patrimoine forestier, des conditions justifiant
« l’état d’alerte maximale et la mobilisation » de tous les fonctionnaires relevant des corps de la direction des forêts depuis plusieurs semaines.