Aucun nouveau cas de coronavirus n’a été enregistré hier. La situation est restée stable à 20 sujets positifs depuis le dernier cas annoncé avant-hier. De même qu’aucune mesure n’est prise dans le sens de l’interdiction des rassemblements. Pour l’heure, la recommandation de reporter tout voyage dans les pays à risques, sauf en cas de nécessité absolue, est toujours de mise, les cas de covid-19 étant tous des cas «importés». D’ailleurs, afin d’éviter d’importer encore plus de cas de régions connues infectées par le covid-19, des mesures viennent d’être prises par Air Algérie.

La compagnie nationale aérienne a annoncé, dans ce cadre, la suspension, jusqu’à nouvel ordre, de ses vols à destination de la ville italienne de Milan à partir d’aujourd’hui mardi 10 mars. Cette décision est prise en raison du fait que Milan est une ville qui se trouve être mise en isolement par décret du gouvernement italien, car répertoriée comme étant un foyer de coronavirus. D’ailleurs, le premier cas de coronavirus enregistré en Algérie, le 25 février dernier, était un ressortissant italien qui était, justement, venu de Milan.
Lors d’une conférence de presse, hier à Alger, sur l’évolution de l’épidémie du coronavirus en Algérie, le directeur général de la prévention au ministère de la Santé, de la Prévention et de la Réforme hospitalière, Djamel Fourar, tout en déclarant qu’aucun nouveau cas n’a été enregistré, a fait savoir que les sujets déclarés positifs sont dans un «état stable». Il a recommandé, encore une fois, d’éviter les déplacements à l’étranger afin d’empêcher «l’importation» du coronavirus, mettant en garde contre le risque que celui-ci ne devienne «autochtone». «Le dispositif de veille est maintenu et la crainte pour l’Algérie demeure l’importation des cas à travers les voyages à l’étranger», a-t-il indiqué. Tout en relevant qu’»il n’existe aucun cas autochtone» de covid-19 en Algérie, il a rappelé que le ministère de la Santé «établit une enquête épidémiologique pour tous les cas importés afin d’identifier les sujets contacts, les prendre en charge et éviter que le virus ne devienne autochtone dans le pays».
En réponse aux questions de la presse, le Dr Fourar a déclaré qu’»aucune directive n’a été émise par les services du ministère de la Santé allant dans le sens d’interdire les rassemblements en raison du coronavirus, que ce soit dans les stades ou les mosquées, car la situation actuelle ne l’impose pas». Des propos partagés par les docteurs Fawzi Derrar et Mohamed Yousfi, respectivement directeur général de l’Institut national de la santé publique (INSP) et chef du service d’infectiologie à l’hôpital de Boufarik, qui ont affirmé, à leur tour, que «chaque pays présente une situation épidémiologique spécifique et en Algérie celle-ci ne nécessite pas pour le moment de mesures allant dans le sens de l’interdiction».
«Actuellement, l’Algérie est à la phase une. Notre souci premier est de faire en sorte qu’il n’y ait pas de cas autochtones. Nous sommes dans une phase d’importation du virus et notre stratégie ne consiste pas à interdire les rassemblements, mais à intensifier les contrôles aux frontières», a expliqué Dr Derrar. Il cède la parole au Dr Fourar qui revient sur les mesures prises au niveau des ports, aéroports et aux frontières terrestres où l’ensemble des passagers passent devant une caméra thermique qui détecte tout état de fièvre. «Lorsqu’une personne arrive avec une fièvre, elle est automatiquement isolée et transférée pour être prélevée et gardée en isolement jusqu’aux résultats. C’est la démarche que nous avons adoptée, on ne peut pas mettre en quarantaine tout le monde», a-t-il expliqué, avant de signaler qu’il y a une surveillance plus importante des vols internationaux qui arrivent de pays où l’épidémie est très active, citant l’Italie, la France, la Chine.

3,7 milliards de dinars débloqués pour des dépenses urgentes
Par ailleurs, lors du Conseil des ministres tenu avant-hier, un budget préliminaire de 3,7 milliards de dinars débloqué a été annoncé pour faire face à des «dépenses urgentes» dans le cadre du renforcement des moyens de prévention contre le coronavirus. Il s’agit de consacrer «3,5 milliards de DA pour les produits pharmaceutiques, médicaments et moyens de prévention», «100 millions de DA pour le dépistage du coronavirus et prestations» et «100 millions de DA pour l’acquisition de caméras thermiques», selon un communiqué du Conseil des ministres. A cette occasion, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a présenté «un exposé sur la situation actuelle du coronavirus à travers le monde et les mesures prises par l’Algérie pour faire face à cette épidémie, notamment à travers le renforcement du contrôle au niveau des aéroports, ports et frontières terrestres, notamment pour les vols en provenance d’Europe». Parmi les mesures prises et à prendre encore, le ministre a évoqué «le renouvellement du stock des moyens de prévention, des accessoires médicaux et des médicaments, ainsi que l’acquisition de caméras thermiques sophistiqués, d’où l’enveloppe financière débloquée. A la fin de l’exposé du Pr Benbouzid, «le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a exprimé ses remerciements, ses félicitations et son encouragement à l’ensemble des fonctionnaires du secteur de la Santé (tous grades confondus), ainsi qu’aux agents de la sécurité et de la Protection civile eu égard à leurs efforts pour faire face à cette épidémie. Il a également incité à faire preuve de vigilance, et reporter, au besoin, les manifestations internationales prévues en Algérie et programmer les rendez-vous sportifs à huis clos».

Le Salon SIEERA reporté
Après le report de la Conférence NAPEC au moins de septembre prochain en raison du coronavirus, une autre manifestation vient de connaître le même sort. Le 3e Salon international de l’environnement et des énergies renouvelables (SIEERA 2020), prévu du 9 au 11 mars, est reporté à une date ultérieure dans le cadre des mesures de prévention contre le coronavirus, selon le ministère de tutelle. Par ailleurs, les services de santé de la wilaya de Chlef ont autorisé, avant-hier, l’accostage d’un navire étranger entré dans les eaux adjacentes au port de Ténès, et ce après s’être assuré que son équipage composé de 19 Chinois n’était pas atteint du coronavirus, selon la direction de la santé de cette wilaya.<