Au total 22 cas du syndrome de l’immunodéficience acquise (SIDA) ont été recensés sur le territoire de la wilaya de Aïn Defla depuis l’année 1994, a déclaré, vendredi, le directeur local de la santé et de la population (DSP) à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre cette maladie.

« Le virus a été à l’origine du décès de quatre personnes », a indiqué M. Tayeb Mekki, signalant que les victimes font pour la plus part partie de la frange juvénile. Le responsable a, dans ce contexte, souligné la nécessité de s’adonner au dépistage du Sida, relevant l’importance de la sensibilisation au niveau des établissements éducatifs sur des aspects touchant notamment au mode de contamination par le virus.
La célébration de la Journée mondiale de lutte contre le Sida a été marquée à Aïn Defla par l’organisation d’une journée de sensibilisation sur la maladie par l’association caritative Chabab errahma au niveau du lycée Bachir-El Ibrahimi de Djendel. Les dangers liés à cette maladie et les moyens de s’en prémunir ont, à cette occasion, été mis en exergue par nombre de spécialistes au cours de débats particulièrement riches en informations.
Les intervenants ont, dans ce cadre, souligné que pendant une assez longue période dépassant parfois les dix ans, le système immunitaire parvient à lutter contre le virus du sida, se dégradant au fil des années, l’organisme devenant trop faible pour se défendre contre les microbes. Lorsque le corps ne peut plus combattre efficacement les agressions extérieures, la personne atteinte par le VIH commence alors à développer une série de maladies dites opportunistes (qui profitent de la chute de l’immunité chez le patient).
Même s’il constitue une maladie assez particulière en raison d’un certain nombre de spécificités qui lui sont propres, le Sida doit être débattu loin de tout préjugé ou tabou, a soutenu le président de l’association Chabab Errahma, Benharkat Yacine. n