Les critiques médiatiques et sur les réseaux sociaux qui ciblent depuis un certain temps le Premier ministre Ahmed Ouyahia et secrétaire général du RND ne sont pas du goût des cadres et militants du parti. A en juger, du moins, par les réactions indignées enregistrées, lors de la rencontre régionale des femmes militantes du parti issues des wilayas de Tizi-Ouzou

, Bouira et Boumerdès réunies, dans la journée d’hier, à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Des critiques jugées «subjectives» par l’ex-ministre et collaboratrice d’Ahmed Ouyahia au niveau du secrétariat national du RND, Nouara Djaffar, qui a présidé la rencontre des militantes du parti. Plus prolixe, le député et secrétaire de wilaya de Tizi Ouzou du parti, Tayeb Mokadem, a ouvert une large parenthèse dans son discours prononcé, lors de la même rencontre, pour répliquer aux contradicteurs qui redoublent de prédictions et de commentaires pas du tout avantageux sur la gestion d’Ahmed Ouyahia et de prédictions les plus alarmistes quant à son avenir à la tête du gouvernement. «Notre frère, secrétaire général et Premier ministre, est assailli de toutes parts dans la presse et les réseaux sociaux par des gens malintentionnés pour noircir son image auprès du peuple, à l’approche des élections présidentielles 2019», constatera le député Tayeb Mokadem. «Le RND à sa tête A. Ouyahia fait peur», fera-t-il remarquer sans désigner les parties visées par sa réplique. Et de poursuivre, accusateur mais sûr de lui, : «Ces internautes sont téléguidés et poussés à orchestrer une propagande malveillante à l’encontre du Premier ministre qui a toujours clamé sa fidélité sans condition au Président de la République depuis 1999 à ce jour», rappellera le député Mokadem convaincu qu’il y a une cabale orchestrée contre le secrétaire général du RND. ««Certains agités tentent à tout prix de discréditer notre frère A. Ouyahia au regard du peuple comme pour dire que tout ce qui se fait de bon (à la tête du gouvernement , ndlr) vient des autres et tout ce qui est mauvais de notre frère A. Ouyahia», clamera Tayeb Mokadem, qui se fait, ainsi, le porte-parole de tous ceux au sein du RND qui croient que leur parti et son secrétaire sont visés par une stratégie de containement, de neutralisation à l’approche des élections présidentielles.