L’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (Apoce) compte lancer, à partir de mercredi prochain, une campagne de dénonciation contre les commerçants et opérateurs ayant procédé à des augmentations des prix de produits de large consommation, en particulier la semoule.

Animant une conférence de presse, hier, au forum d’El Moujahid, le président de l’Association, Mustapha Zebdi, a indiqué que «les augmentations des prix pratiquées depuis quelque temps sur certains produits ne sont nullement justifiées». Axant son allocution sur la semoule, un produit dont le prix est subventionné, le défenseur des droits des consommateurs dira qu’« officiellement, les prix de la semoule produite par certaines minoteries sont fixés à 4 000 DA le quintal». Ajoutant que « pour une qualité excellente, le sac de 25 kg devrait être cédé au consommateur à 1 000 DA, alors que celui de 10 kg est réglementairement vendu à 400 DA». Cela dit, ajoute-il, « le prix d’un sac de 25 kilogrammes est vendu jusqu’à 1 450 dinars. Ce qui n’est pas normal vu que le prix de la semoule est réglementé». Dans ce sens, il expliquera que l’Etat intervient par différents mécanismes pour absorber les fluctuations sur les marchés afin de mettre à la disposition du consommateur de la semoule à un prix réglementé et relativement abordable. Cependant, malgré les milliards de dinars au profit des opérateurs économiques pour une réelle révolution agroalimentaire algérienne, il semble que le manque de conscience et l’appât du gain soient de mise. Ainsi, son association compte déposer plaintes au niveau des Directions de commerce des 48 wilayas concernant cette hausse des prix de la semoule, en lançant une campagne de dénonciation à partir de mercredi prochain. Soulignant : «Nous allons attendre que les petits commerçants écoulent leurs stocks et on arrivera à identifier avec exactitude les promoteurs de cet acte ‘criminel ‘. Et que chacun prenne ses responsabilités.»

 

Objectif, protéger le pouvoir d’achat des citoyens
A travers cette action, dont l’objectif est de concilier le pouvoir d’achat des consommateurs et les intérêts des opérateurs économiques, le patron de l’Apoce espère contrecarrer certains comportements spéculatifs. Ainsi, cette mesure a été décidée dans un souci de protéger le pouvoir d’achat des citoyens. Il dira que la semoule est pratiquement la base de l’alimentation des populations isolées. Pour assurer une vie digne aux citoyens, l’Etat dépense la bagatelle de 1,8 milliard de dollars comme subvention des céréales. Mais un Etat qui n’est pas près de ses sous est un Etat faible, soutiendra-t-il, qui aura à subir de vives tensions sociales comme résultat de sa passivité. Il ne s’agit pas de pointer du doigt… la main de l’étranger et la facilité de l’explication par le complot, a-t-il encore avancé, mais il est difficile de se convaincre qu’il s’agit d’un simple dysfonctionnement au niveau de l’approvisionnement. L’affaire est bien orchestrée et doit évidemment obéir à des objectifs précis, estime-t-il.