Le Salon international de l’élevage et de l’agroéquipement (SIPSA-FILAHA) a fermé ses portes jeudi dernier en présence de trois ministres du gouvernement Bedoui : le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Cherif Omari, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, ministre de la Culture par intérim, M. Rabehi, et le ministre du Commerce, Said Djellab. Une représentation gouvernementale inédite pour une fin d’évènement, qui a également été marquée par les indications fournies par le ministre de l’Agriculture sur son secteur.
Rappelant que l’agriculture représente 12% du PIB, M. Omari a affirmé que « l’Algérie a pu réduire sa facture d’importation de 13% grâce à la production locale », sauf dans les filières du blé tendre et du lait à la recherche d’une stratégie pour réduire leur part d’importation. Il a fait état de structuration de toutes les filières du secteur et ce avec la création de près de 20 conseils nationaux interprofessionnels et plus de 500 conseils au niveau des wilayas.
S’agissant des céréales, M. Omari a fait savoir que la production a atteint les 30 millions quintaux cette année, ajoutant que seulement 27 millions quintaux ont été collectés et stockés jusqu’à ce jour, dont 20 millions quintaux de blé dur. Pour ce qui est des fruits et légumes, la production a atteint près de 20 millions quintaux de légumes et 6 millions quintaux de fruits, a-t-il poursuivi, ajoutant que certains produits ont connu une surproduction à l’image de l’ail exporté actuellement, et les pommes que l’Algérie s’apprête à exporter.
Quant aux capacités de stockage, M. Omari a fait savoir que le ministère a réceptionné neuf gros silos, ce qui a permis le stockage d’énormes quantités de blé cette année, révélant à ce propos la réception de 14 autres projets de stockage pour la consolidation des capacités de stockage au niveau national. En ce qui concerne le blé tendre importé actuellement d’une manière massive en raison de la consommation du pain blanc, le ministre de l’agriculture a évoqué la préparation par les secteurs de l’agriculture, l’industrie, la santé et l’enseignement supérieur, d’une feuille de route pour encourager les start-ups et diriger vers d’autres modes de consommation, comme l’orge, le mais dans l’industrie du pain. Il s’agit entre autres d’éviter le gaspillage, sachant que des enquêtes ont démontré que quelque 10 millions de baguettes de pain sont jetées quotidiennement dans notre pays.
Par rapport à la « filière dattière », le ministre a souligné que la production dépassera cette année 12 millions de quintaux, dont 50 % de Deglet Nour, ajoutant que l’Etat œuvre également à étendre les surfaces de sa production. Pour ce qui est du lancement de la Zone de libre-échange africaine (ZLECAF), le ministre a mis en relief «l’importance» de cette région pour l’Algérie qui œuvrera à exporter le surplus de sa production en produits agricoles vers les pays africains. Enfin, il est à noter qu’en marge de la clôture du salon, il a été procédé à la distinction des lauréats du concours « AGRIFOOD INNOV » sur la meilleure innovation. Il s’agit de Yakoubi Mohamed Riadh pour son invention d’un système de gestion autonome des serres agricoles. Le 2e lauréat est Rajab Ayan pour son invention de la récupération de la gélatine depuis les peaux de chameaux, par M. Rabehi. Quant au 3e lauréat, Samir Madjdoub ayant inventé des pesticides biologiques. Une startup ayant réussi à innover un procédé de récupération des matières essentielles à partir des résidus de pressage d’olive a été également récompensée.