Retour à la case départ. Les agents de contrôle commercial et de lutte contre la fraude renouent de nouveau avec la protestation. Ces derniers entrent en grève de trois jours à partir d’aujourd’hui. Les contestataires prévoient même un deuxième débrayage pour les 22, 23 et 24 du mois en cours, annonce la Fédération nationale du personnel du secteur du commerce affiliée au Snapap.
«Le syndicat reproche au département de Kamel Rezig, à travers le retour à la contestation, de ne pas apporter de réponses aux revendications formulées depuis plusieurs semaines.» Il est reproché également à la tutelle de « semer la zizanie» entre cette corporation du secteur et d’avoir eu recours à « l’intimidation et au bâillonnement», regrette le syndicat.
Pour rappel, les agents de contrôle demandent une révision du statut particulier censé permettre une revalorisation salariale en adéquation avec les autres corps similaires. Ils réclament également leur part des revenus du Centre national du registre du commerce (CNRC) ainsi que l’ouverture de postes budgétaires pour les travailleurs qui ont eu des diplômes au cours de leur période de travail, ainsi que le rééchelonnement des fonctionnaires ayant plus de 10 ans d’expérience.
Les grévistes réclament également la révision du décret exécutif 205/11 portant régime indemnitaire des corps spécifiques du secteur du commerce.
Le Syndicat national des travailleurs du ministère du Commerce (SNTC) exige de la tutelle d’effectuer des réformes sur les lois en vigueur relatives au contrôle des activités commerciales notamment la protection du consommateur et la répression de la fraude.
Le ministère du Commerce avait affirmé, dans une de ses réactions, aux agents contestataires de la détermination du premier responsable du secteur à « prendre en charge les revendications légitimes des fonctionnaires et travailleurs du secteur, en les incitant à adhérer à sa démarche au service du fonctionnaire et du secteur».