C’est la première fois, depuis sa création en 2002, que l’Agence nationale des déchets (AND) se prépare à élaborer un rapport national sur l’état de la gestion des déchets, mais pour l’exercice 2020 uniquement. Il s’agira d’un document de référence qui englobe toutes les informations et les données du secteur environnemental en Algérie. Selon le Directeur général de l’AND, Karim Ouamane, l’intérêt d’un tel projet est de prévoir les bonnes méthodes à suivre dans le futur afin de mieux gérer ce secteur. «L’élaboration d’un rapport national de l’état de la gestion des déchets va permettre à tous les acteurs d’avoir une vision claire sur l’état de la gestion des déchets durant l’exercice 2020 et leur procurera, ainsi, tous les indicateurs et les informations nécessaires pour prévoir une bonne gestion des déchets dans le futur», a-t-il dit.
Sans expliquer les raisons du retard de cette étude, dix-neuf ans après la création de l’AND, le même responsable a dit également que ce document dévoilera la politique et la gestion environnementales en Algérie. «Ces données et informations vont démontrer ce qui se passe réellement sur le terrain en matière de gestion, de recyclage et de récupération de toutes sortes de déchets, dangereux, ménager, solides, etc.», a-t-il indiqué à l’Agence presse nationale.
Dans le même contexte, «une fois validé par la ministre de l’Environnement, ce rapport sera largement diffusé» en version numérique, afin de permettre à tous les acteurs de le consulter pour bénéficier de ses données.
D’autre part, le Directeur général de l’AND a dévoilé que son agence a accompagné une cinquantaine de start-ups en 2020 sur le plan technique et informationnel afin qu’elles puissent réaliser leurs projets, notamment dans le domaine du recyclage et de la récupération de déchets. «En plus de l’accompagnement technique, l’AND organise au profit des jeunes start-ups et porteurs de projets innovants des conférences en ligne afin qu’ils disposent des bonnes notions et d’informations dans le domaine de la gestion des déchets», a-t-il déclaré.
Le même responsable a rappelé l’existence d’«une cellule pour l’accompagnement des projets», mise en place par la tutelle. Et il assure que les portes de l’AND sont «grandes ouvertes devant tout porteur de projet innovant ou universitaire désirant activer dans le domaine de la gestion des déchets».