Par Ghellab Chahinez
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a poussé un cri d’alarme sur la recrudescence des cas de Covid-19 dans le continent africain. A travers son bureau régional d’Afrique, elle estime, dans un rapport publié jeudi 17 juin 2021, que le nombre de cas de Covid-19 en Afrique s’approche du pic de la première vague.
D’après les nouvelles données de l’OMS, le nombre de cas de Covid-19 en Afrique augmente de plus de 20 % chaque semaine, alors que la troisième vague gagne en vitesse sur le continent, s’approchant donc du pic de la première vague, qui a culminé à plus de 120 000 cas hebdomadaires enregistrés en juillet 2020. Une hausse de plus de 116 500 cas a été enregistrée la semaine se terminant le 13 juin, contre près 91 000 cas la semaine précédente, révèle le rapport. Ceci suit un mois de hausse progressive du nombre de cas qui, selon l’OMS, fait franchir au continent la barre des 5 millions de cas. Selon le même rapport, dans 22 pays africains (près de 40 % des 54 Nations d’Afrique), le nombre de cas a augmenté de plus de 20 % durant la semaine du 6 au 13 juin. Lors de cette semaine, le nombre de décès a augmenté de près de 15 %, pour passer à plus de 2 200 dans 36 pays africains.
L’OMS estime que le nombre de nouveaux cas enregistrés chaque semaine se situe désormais au-delà de la moitié du pic de la deuxième vague, qui était de plus de 224 000 cas journaliers, signalés début janvier 2021. La République démocratique du Congo, la Namibie et l’Ouganda ont enregistré leur plus haut nombre de cas quotidiens depuis le début de la pandémie.
«L’Afrique est au milieu d’une véritable troisième vague. La tendance à la hausse, qui donne à réfléchir, devrait pousser tout le monde à l’action. Nous avons vu en Inde et ailleurs la vitesse à laquelle la Covid-19 peut reprendre et submerger nos systèmes de santé. Les mesures de santé publique doivent être renforcées rapidement pour trouver, isoler et prendre en charge les patients, et promptement retrouver la trace de leurs contacts», a déclaré Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.
Le manque d’adhésion aux mesures de prévention de la transmission du virus est l’un des facteurs qui ont contribué à la forte hausse du nombre de cas, selon la même source qui ajoute que cette recrudescence coïncide avec une météorologie saisonnière plus froide en Afrique australe et la propagation de variants plus contagieux. Le variant Delta a été signalé dans 14 pays africains et les variants Beta et Alpha ont été trouvés dans plus de 25 pays africains, révèle le rapport de l’OMS.
Vaccination de masse
en cours
Le déploiement de la vaccination contre la Covid-19 en Afrique s’accélère, avec plus de 5 millions de doses administrées au cours des cinq derniers jours, en comparaison avec environ 3,5 millions de doses administrées hebdomadairement lors des trois dernières semaines, déclare le Bureau d’Afrique qui ajoute que pas moins de 12 millions de personnes sont désormais entièrement vaccinées, mais cela représente moins de 1% de la population en Afrique.
Selon le même rapport, vingt-trois pays africains ont utilisé moins de la moitié des doses qu’ils ont reçues jusqu’à présent, parmi lesquels quatre pays qui connaissent une résurgence des cas. En tout, 1,25 million de doses d’Oxford-AstraZeneca dans 18 pays doivent être utilisées d’ici la fin août avant la date de péremption. Sept pays africains ont déjà utilisé 100 % des vaccins qu’ils ont reçus via le Covax et sept autres pays ont administré plus de 80% de leurs doses, précise le rapport.
«L’augmentation du nombre de cas et de décès est un rappel urgent aux pays accusant du retard à rapidement développer les sites de vaccination pour atteindre les groupes prioritaires et à répondre aux préoccupations de la communauté. Un certain nombre de pays africains ont montré qu’ils pouvaient distribuer les vaccins rapidement, tout en accueillant donc positivement les récentes promesses internationales de dons de vaccins, l’Afrique a besoin de ces doses ici et maintenant pour endiguer la troisième vague», a déclaré Dr Moeti.
D’autre part, l’OMS a déclaré qu’environ 85% des doses de vaccins dans le monde ont été administrées dans des pays à revenu élevé et à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, soit une moyenne de 68 doses pour 100 personnes dans les pays à revenu élevé face à de
2 doses uniquement pour 100 personnes en Afrique. Le nombre de doses administrées dans le monde jusqu’à présent aurait suffi à couvrir l’ensemble du personnel de santé et les personnes âgées, si elles avaient été distribuées équitablement, poursuit le rapport. n