Les travaux du forum Africa Business sont prévus, à partir d’aujourd’hui, au Centre international des conférences d’Alger en présence de plus d’une quarantaine d’organisations patronales africaines et 500 entreprises algériennes et étrangères.
Africa Business Forum est une rencontre co-organisée par la Confédération générale des entreprises algériennes (Cgea), l’Organisation internationale des employeurs (OIE) et Business Africa sur le thème «Inspirer, soutenir et dynamiser les entrepreneurs».
Cet événement d’envergure, de deux jours, se déroulera au Centre international des conférences (CIC) et verra la participation de 45 organisations patronales africaines, la Banque mondiale, Coca Cola Fondation, Master Card Fondation, ainsi que plus de
20 experts internationaux qui animeront plénières et panels. Plus de 500 entreprises algériennes et étrangères seront présentes à ce rendez-vous important du continent africain.
Ce Forum africain d’investissement et d’affaires sera une opportunité pour les entreprises nationales de nouer des partenariats et de décrocher des marchés à l’exportation pour leurs produits. Signalons que les tous premiers capitaines d’industrie à avoir ouvert la voie du marché africain aux entreprises algériennes sont Condor et Iris, leaders algériens de la téléphonie mobile et de l’électroménager. D’autres grands groupes spécialisés dans l’agroalimentaire, les télécommunications, la construction, l’industrie, l’énergie et les services leur ont, par la suite, emboîté le pas. Ainsi, cet évènement confirme la volonté de l’Algérie de prendre pied sur le continent africain. Les pouvoirs publics et les opérateurs, semblent avoir compris que les attributs de puissance ne se limitent pas uniquement à la diplomatie et à l’armée. C’est partant de ce constat que le gouvernement algérien s’est lancé dans la course pour rattraper le temps perdu. Par ailleurs, rappelons qu’une convention de partenariat entre 40 pays africains pour la création d’une zone de libre-échange a été signée récemment. Elle est, selon les experts économistes, «un signal fort de la volonté d’aller vers une intégration plus grande entre ces pays». Pour que cette zone soit efficace et rentable, ces derniers ont insisté sur la nécessité que toutes les valeurs ajoutées produites à l’intérieur de tous les pays signataires de la convention soient importantes.
Il y a lieu de noter qu’en marge de ce forum, plusieurs activités sont programmées, notamment des ateliers de formation, des rencontres B2B, une exposition diversifiée.
Il y aura également au menu de la rencontre, des conférences sur des sujets importants.