La compagnie pétrolière nationale Sonatrach a signé, hier, avec le britannique British Petroleum et le norvégien Statoil un avenant au contrat gazier d’In Amenas pour un montant de plus 500 millions de dollars.

Ce document a été paraphé à Alger entre le vice-président des activités d’exploration et de production de Sonatrach, Arezki Hocini, le vice-président du groupe Statoil, Evan Fuery, et le P-DG de BP Algeria, Wissam AI Monthiry, en présence du P-DG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour. Ces partenaires ont convenu de nouvelles opportunités d’accroissement de réserves au niveau du périmètre d’In Amenas à travers un potentiel additionnel de l’ordre de 11 milliards de m3/an de gaz à travers la mise en œuvre d’un programme d’investissement supplémentaire pour un montant supérieur à 500 millions de dollars. Ce programme d’investissement comporte notamment le forage de nouveaux puits de développement, un sismique 3D et un projet de compression. Il permettra de maintenir un niveau de production du gisement de Tiguentourine au-delà de 2035, selon l’APS. Le périmètre d’In Amenas est situé dans le bassin d’Illizi à environ 40 km au sud-ouest de la ville d’In Amenas.
Lors de son intervention à la cérémonie de signatures, Ould Kaddour a insisté sur l’importance de ce projet dans le développement de la production gazière. « Ce partenariat est un signal très fort indiquant que l’Algérie est un pays attractif et stable », a-t-il souligné. Ce nouvel investissement devrait renforcer les relations de partenariat de Sonatrach avec ses partenaires British Petroleum et Statoil.
Pour rappel, la signature du contrat initial remonte à 1998, alors que la première mise en production date de 2006. A ce jour, il a été réalisé notamment un centre de traitement principal composé de 3 trains identiques, d’une station de compression du gaz produit comprenant trois turbocompresseurs ainsi que 63 puits forés. Lors du point de presse tenu à l’issue de la cérémonie de signatures, le P-DG de Sonatrach a déclaré que l’année 2017 a été « fructueuse» à travers les différents projets conclus avec des firmes pétrolières internationales (British Petroleum, Statoil, Baker Hugues General Electric, Total, ENI, Repsol…). « Tous les partenariats conclus jusque-là sont des partenariats gagnant-gagnant », a-t-il souligné. Il a fait savoir, en outre, que le Groupe Sonatrach, dans sa nouvelle stratégie, ambitionne de se développer à l’international. Il a avancé à cet égard qu’une rencontre avec le ministre irakien du Pétrole avait eu lieu récemment pour discuter des opportunités d’investissement de Sonatrach dans ce pays. Une équipe de Sonatrach se rendra d’ailleurs en Irak pour explorer l’environnement et identifier tous les éléments liés au développement et à la commercialisation du pétrole.