Le Centre algérien du contrôle de la qualité et de l’emballage (CACQE) a mis en place une procédure pour délivrer les certificats de conformité aux opérateurs économiques.

Une note a été transmise récemment par le ministère du Commerce au CACQE pour adopter une nouvelle procédure afin de parvenir au développement et à la promotion des exportations hors hydrocarbures. C’est ce qu’a annoncé l’organisme sur son site Internet. Il est expliqué que c’est dans le contexte de renforcer la présence de l’Algérie sur les marchés mondiaux que cette décision a été prise sans omettre de signaler qu’il existe déjà une stratégie nationale de développement des exportations. L’organisme souligne que cette procédure consiste à adresser une demande au directeur général du CACQE en mentionnant plusieurs informations comme le non et le prénom et la raison sociale de l’opérateur économique. Ce dernier doit mentionner aussi l’adresse du siège social ou du local commercial à côté de la dénomination du produit à exporter. A cela s’ajoutent le numéro de lot et sa date de fabrication et de péremption sans oublier la quantité à exporter. Le conditionnement et le pays destinataire sont aussi à mentionner dans ces informations. L’opérateur doit veiller à présenter la réglementation du pays destinataire et la fiche technique du produit avec le cachet et la signature du fabricant. Avec toutes ces indications, la procédure n’est pas achevée car est aussi exigée l’obligation de transmettre la copie de la demande, après accusé de réception au niveau de la direction générale du CACQE. Elle doit aussi être adressée à la Direction du commerce de la wilaya (DCW) territorialement compétente pour procéder aux prélèvements. D’autres conditions sont énumérées comme celle consistant à effectuer le prélèvement par les agents habilités et à analyser les échantillons par les laboratoires de la répression des fraudes du CACQE. Enfin, intervient l’établissement d’un certificat de conformité conformément aux conclusions portées sur le bulletin d’analyse et signé par le directeur général du CACQE. Ce dernier indique que pour assurer la protection de la santé et la sécurité du consommateur, il dispose actuellement d’une vingtaine de laboratoires dotés d’équipements scientifiques et un personnel qualifié pour effectuer des analyses et des essais nécessaires à la vérification de la conformité des produits agroalimentaires, alimentaires et industriels fabriqués localement ou importés. Cette procédure s’appliquera désormais aux produits exportés. Pour le secteur alimentaire, on peut citer parmi les produits subissant le contrôle, les viandes, les produits à base de viande, les produits de la pêche et leurs dérivés. Les fruits et légumes, le lait et les produits laitiers ou encore les corps gras d’origine animale et végétale sont concernés. Ne sont pas exclus du lot les céréales et dérivés, les produits d’épicerie, les additifs alimentaires et les eaux.
Produits cosmétiques et d’hygiène corporelle, produits d’entretien ménager et textiles sont aussi cités en dehors des produits alimentaires.