La prochaine session de négociations entre les talibans et le gouvernement afghan doit commencer début janvier au Qatar, a annoncé dimanche un responsable afghan, malgré le souhait du président Ashraf Ghani de les voir se dérouler dans le pays. Les négociations de paix interafghanes qui avaient débuté le 12 septembre à Doha avaient été suspendues jusqu’au 5 janvier. «La seconde session de négociations commencera le 5 janvier à Doha», a déclaré Faraidoon Khwazoon, porte-parole du Haut Conseil pour la Réconciliation nationale, organisme gouvernemental qui supervise le processus de paix afghan. «Le comité des dirigeants du conseil (…) a décidé que les discussions auraient lieu à Doha», a-t-il écrit sur Twitter, ajoutant que de nombreux pays qui s’étaient proposés pour accueillir les négociations se sont depuis rétractés en raison de la pandémie de Covid-19. Abdullah Abdullah, qui dirige ce Haut Conseil, a rencontré le président afghan Ashraf Ghani dimanche, a indiqué la présidence dans un communiqué, relayé par des médias. Ils «ont discuté du lieu où pourrait avoir lieu la prochaine session de discussion», et le président Ghani a annoncé son soutien à la tenue du nouveau round de pourparlers, a précisé la présidence. Début décembre, les négociateurs des deux parties avaient décidé de faire une pause après des mois de rencontres, qui s’embourbaient dans des désaccords sur l’organisation des discussions et sur des interprétations religieuses. Avant de suspendre leurs pourparlers, ils avaient annoncé avoir trouvé un accord sur les points à aborder lorsque les discussions reprendraient. Mais Ashraf Ghani avait rapidement appelé à poursuivre ces pourparlers de paix dans son pays. «Il n’est pas correct d’insister pour continuer les discussions dans des hôtels de luxe. Il est nécessaire que le peuple puisse observer le déroulement des pourparlers, quels sujets sont abordés, et pourquoi», avait-il dit. Les talibans n’ont pas réagi, mais ils avaient toujours refusé de tenir les discussions en Afghanistan. Le groupe dispose au Qatar d’un bureau politique, et son équipe de négociation réside sur place. Ces discussions interafghanes prennent la suite de l’accord entre les talibans et les Etats-Unis signé en février dernier, dans lequel les Américains s’engagent à retirer leurs troupes du pays d’ici à mai prochain. Malgré les négociations, l’Afghanistan est en proie à une recrudescence des violences, les talibans ayant mené ces dernières semaines des attaques quasi-quotidiennes contre les forces gouvernementales. n