La délégation talibane s’est rendue au Qatar en vue de l’ouverture de pourparlers de paix historiques avec le gouvernement afghan, a déclaré samedi à l’AFP un porte-parole du groupe. «Tous les membres de notre équipe de négociateurs sont arrivés à Doha. Les discussions débuteront après la résolution de petits problèmes techniques», a expliqué Suhail Shaheen. Prévue en mars, l’ouverture d’un dialogue de paix, inédit entre les deux camps, a été reportée à plusieurs reprises du fait de désaccords persistants autour d’un échange de prisonniers aujourd’hui presque achevé. Bien que les négociations doivent débuter à Doha peu après la fin de l’échange, la date de leur démarrage n’a pas encore été fixée. Pendant ce temps, une équipe de talibans s’est récemment rendue au Pakistan pour discuter du processus de paix avec Islamabad. L’équipe de négociateurs du gouvernement afghan, quant à elle, se trouvait toujours à Kaboul samedi, mais une équipe logistique est arrivée à Doha en début de semaine. La délégation de Kaboul est cependant prête pour les discussions, a déclaré Faraidoon Khwazoon, porte-parole du Haut Conseil pour la Réconciliation nationale, organisme gouvernemental qui supervise le processus de paix. «La libération des prisonniers est achevée, et il n’y a plus d’excuse pour retarder les négociations», a-t-il tweeté samedi. «Mais les talibans n’ont pas l’air prêts pour les discussions. Nous espérons que les talibans se préparent et prennent part aux pourparlers», a-t-il encore écrit. L’ouverture de négociations entre les deux camps est inscrite dans un accord américano-taliban signé en février au Qatar et non ratifié par Kaboul, qui entérine le retrait des troupes étrangères d’Afghanistan d’ici mi-2021. Les autorités qataries ont imposé une quarantaine de sept jours en raison du coronavirus pour tous les voyageurs qui entrent dans le pays–où les négociations interafghanes doivent se dérouler–mais ont dispensé certains diplomates régulièrement dépistés. n