La Cour d’Alger a annoncé hier son verdict final dans «l’affaire» Tahkout. Le dossier, jugé en appel depuis le 28 octobre dernier, et principalement lié à la «corruption» et à l’obtention «indu» de marchés publics mais aussi de «perception d’indus avantages» et au «blanchiment d’argent», a ainsi abouti à la condamnation de l’homme d’affaires, et principal accusé, Mahieddine Tahkout, à 14 ans de prison ferme. Les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont, quant à eux, été condamnés dans cette affaire à 5 ans de réclusion.
Verdict en appel qui a par ailleurs aboutie à l’acquittement de l’ancien ministre Abdelghani Zaalane, alors que le Procureur avait requis contre lui jusqu’à 10 ans prison pour des faits liés notamment à la conclusion de marchés de location de bus entre l’Entreprise publique du transport urbain et suburbain d’Oran (ETO) et l’entreprise de Tahkout. Il a par ailleurs été rapporté hier par l’APS que la Cour d’Alger a condamné les anciens ministres Youcef Yousfi et Ammar Ghoul à des peines de 18 mois de prison avec sursis. Ammar Ghoul avait notamment été interrogé par le juge sur les conditions d’octroi d’une «concession portuaire» et d’un terrain au sein du port de Skikda à Mahieddine Tahkout, alors que les charges contre Youcef Yousfi s’étaient davantage concentrées sur le dossier du «montage» automobile.
Procès où plusieurs membres de la famille de Mahieddine Tahkout ont également été cités, le verdict rendu hier condamne le frère de l’accusé principal, Rachid Tahkout, à 5 ans de prison dont 2 fermes, alors que son autre frère Hamid, et son fils Bilal ont tous deux écopé de 3 ans de prison dont 18 mois fermes. Les accusations contre Rachid Tahkout avaient porté sur son implication dans la passation de marchés de transport d’étudiants avec les œuvres universitaires. Hamid Tahkout a, quant à lui, été poursuivi pour «incitation» d’agent de l’Etat en vue de la passation frauduleuse de contrats et de «falsification de procès-verbaux de contrôle technique des bus de son frère». Bilal Tahkout, incarcéré depuis 18 mois et condamné en première instance à 7 ans de prison, avait plaidé l’innocence de toute malversation dans l’obtention, en 2016, d’une concession agricole de
8 000 hectares dans la wilaya
d’El Bayedh.
Pour rappel, l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout avait été condamné, en juillet dernier en première instance, à 16 ans de prison ferme par le Tribunal de Sidi M’Hamed, le Procureur général a, pour sa part, requis une peine de 18 ans pour des faits principalement liés à la corruption lors de la passation de marchés de transport, de location d’autobus, mais aussi pour l’obtention «frauduleuse» de concession et d’autorisation dans l’affaire du «montage» automobile.
Le verdict de la Cour d’Alger est ainsi resté très proche du réquisitoire en ce qui concerne l’homme d’affaires, mais apparaît relativement «clément» envers les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal qui risquaient 12 années de prison ferme et
3 millions de dinars pour chacun d’eux avec confiscation de tous
leurs biens.