Le verdict dans l’affaire dite «du montage automobile» et dans laquelle sont poursuivis notamment le patron de Sovac, l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et l’ancien ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, sera prononcé mercredi prochain, 30 septembre.
Avant d’écouter les plaidoiries des avocats jusqu’à hier matin, le Procureur général près la Cour d’Alger a requis, jeudi, une peine de 15 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Yousfi assorties d’une amende de 2 millions de dinars chacun, alors qu’une peine de 15 et 12 ans de prison ferme a été requise respectivement contre Mourad Oulmi, patron du groupe Sovac, et son frère Khider. Le Procureur a requis également une peine de 3 ans de prison ferme et une amende de 1 million de dinars contre l’ex-PDG du Crédit populaire algérien (CPA) Omar Boudiab et des cadres de la banque et de l’industrie, impliqués dans l’affaire. Il a été aussi demandé la saisie des biens et le gel des activités des entreprises représentées dans le procès par des personnes morales avec une amende de 32 millions de dinars pour chacune.
Poursuivi pour «blanchiment d’argent» et «incitation d’agents publics à exploiter leur influence», Mourad Oulmi a rejeté toutes les accusations retenues contre lui, répondant au juge que son groupe était «victime de l’ancien ministre Abdeslam Bouchouareb et qu’il exerçait conformément à la loi réglementaire promulguée par le ministère de l’Industrie, en attendant la publication du cahier des charges». Pour sa part, le collectif de défense de Mourad Oulmi, condamné le 24 juin dernier à 10 ans de prison ferme par le Tribunal de Sidi M’hamed, a demandé le report du jugement dans cette affaire afin de s’assurer de «la véracité des documents».
Plaidant l’innocence de ses clients, la défense a soutenu que «tout contrat ou prêt a été signé et octroyé pour le groupe Sovac dans un cadre légal et dans le respect des lois en vigueur», soulignant que «l’octroi des prêts ne relève pas des prérogatives des membres de la commission d’études et d’octroi des prêts du CPA», dont cinq membres sont jugés dans cette affaire. Les avocats ont affirmé, dans leurs plaidoiries, que les prêts octroyés au groupe Sovac par le CPA «n’ont pas causé de préjudices à la banque».
Il faut souligner que les plaidoiries ont été interrompues suite au malaise du bâtonnier du barreau d’Alger, Maître Abdelmadjid Sellini, membre du collectif d’avocats de Mourad Oulmi. Le Bâtonnier a été transféré en urgence dans une ambulance de la Protection civile vers l’hôpital Nafissa-Hamoud (ex-Parnet), suite à quoi le juge a décidé de lever la séance pour un moment avant de revenir pour annoncer la reprise du procès en appel pour la matinée d’hier. Cet incident a aussitôt suscité l’indignation des avocats du barreau d’Alger outrés par «traitement» qui a été réservé à Maître Sellini lors de ce procès en appel. A noter qu’Ouyahia et Yousfi ont été auditionnés lors de ce procès en visioconférence. Pour rappel, la Cour d’Alger avait reporté en août dernier le procès à la demande du collectif de défense, et ce, après la condamnation de Oulmi, le 24 juin dernier, à 10 ans de prison ferme par le tribunal de Sidi M’hamed.