La France a décidé lundi d’expulser quatre diplomates russes, a annoncé lundi le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, en solidarité avec le Royaume-Uni, alors que l’ambassadeur russe en France, Alexeï Mechkov a regretté qu’en prenant une telle décision des Etats ont cédé à «une sale provocation britannique».

L’annonce de cette mesure se veut une réplique à la tentative d’assassinat de l’agent double russe au Royaume-Uni Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, le 4 mars à Salisbury, dans le sud de l’Angleterre. La France a décidé d’expulser quatre diplomates russes «dans un délai d’une semaine». «Faisant suite aux conclusions du Conseil européen des 22 et 23 mars, considérant que l’attaque de Salisbury constitue une menace grave à notre sécurité collective et au droit international, (…) nous avons notifié aujourd’hui aux autorités russes notre décision d’expulser du territoire français quatre personnels russes sous statut diplomatique, dans un délai d’une semaine», a précisé le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian dans une déclaration publiée sur le site du Quai d’Orsay.
Le ministre a rappelé que le Conseil européen est convenu qu’il n’existait «pas d’autre explication plausible que celle de la responsabilité de la Fédération de Russie».
En réaction à cette annonce, l’ambassadeur de Russie en France, Alexeï Mechkov, a déclaré que son pays est «profondément déçu» par la décision de la France, soulignant qu’en prenant une telle décision des Etats ont cédé à «une sale provocation britannique».
La décision de la France intervient en coordination avec les 14 Etats de l’Union européen qui ont annoncé qu’ils allaient expulser des diplomates russes, dont 4 en France, 2 en Italie, 4 en Allemagne, 13 en Ukraine, 3 en Lituanie, 4 en Pologne, 1 en Lettonie, 3 en République tchèque, 2 au Danemark, 2 aux Pays-Bas et 1 en Finlande.