Le procès en appel dans l’affaire opposant le porte-parole de la Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques, Mourad Bouzidi, au président-directeur général de l’Entreprise portuaire de Béjaïa (EPB), Djelloul Achour, a été reporté, hier, par le président de la Cour d’appel de Béjaïa, au 3 juin prochain.

La décision de report a été motivée par la demande formulée, hier, dès l’ouverture de l’audience, par Maître Mazouz, l’un des avocats de la défense, arguant l’absence remarquée à la barre du plaignant, Achour Djelloul en l’occurrence. Pour rappel, le mis en cause a été déjà condamné, en première instance, à une peine de trois mois de prison avec sursis, assortie d’une amende de 20 000 DA, pour «diffamation». Une condamnation prononcée le 2 janvier dernier par le tribunal correctionnel de Béjaïa, suite à la plainte déposée par le P-DG du port de Béjaïa.
Qualifiant les propos tenus par M. Bouzidi, lors de la marche citoyenne organisée le 2 juillet 2017, dans la ville des Hammadites, de «diffamatoires»,   Achour Djelloul a aussitôt engagé une action en justice à l’encontre du porte-parole de la Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital. A noter qu’à l’occasion de la tenue de ce procès en appel, qui devait s’ouvrir hier, quelques dizaines de personnes, dont des députés et militants du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), et des représentants des travailleurs de Cevital, se sont mobilisés devant le palais de justice de Béjaïa, afin d’apporter leur soutien au militant Mourad Bouzidi. La Coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital avait appelé, à travers un communiqué diffusé sur sa page facebook, à un rassemblement de soutien et de solidarité avec son porte-parole, Mourad Bouzidi. Ce dernier a, de son côté, tenu à remercier, hier, l’ensemble des élus, militants et autres citoyens qui lui ont toujours exprimé leur soutien «indéfectible».
Par ailleurs, il les invite à venir en masse le 3 juin prochain, date de l’ouverture de son procès devant la Cour d’appel de Béjaïa.