Selon les informations de L’Equipe, l’Elysée, qui ne devrait pas intervenir directement dans le dossier, avait alerté la Ligue et les clubs professionnels concernant Mediapro dès l’attribution des droits TV 2020-2024, au printemps 2018.
Emmanuel Macron a rencontré le monde du sport français mardi. Outre l’enveloppe de 400 millions d’euros d’aides, le président de la République a évoqué le dossier Mediapro, qui n’a pas réglé son échéance d’octobre, estimée à 172 millions d’euros. Alors que la Ligue de football professionnel a contracté un prêt de 120 millions d’euros le mois dernier auprès d’une filiale anglaise d’une banque américaine, l’Elysée, qui n’interviendra pas directement, aurait assuré avoir alerté les clubs ainsi que la LFP sur le groupe sino-espagnol avant l’attribution des droits TV au printemps 2018.

« UN CONTRAT FRAGILE »
« On avait alerté la Ligue. On savait que ce contrat était fragile. Je pense que les personnes qui l’ont négocié n’ont pas été très sérieuses », aurait déclaré Emmanuel Macron mardi selon les informations de L’Equipe. Un tacle adressé à Nathalie Boy de la Tour, l’ex-présidente de la LFP, et Didier Quillot mais également aux clubs professionnels. « Lorsque j’étais directeur général exécutif, la Ligue n’a jamais reçu ni note ni alerte de l’Elysée relative à la fragilité de Mediapro, ni avant, ni pendant, ni après l’attribution des droits télé à ce groupe, conteste Didier Quillot. Comme tout le monde, je déplore la situation actuelle et j’espère qu’une solution sera rapidement trouvée pour les clubs.»

UNE SITUATION DRAMATIQUE
« Le président a en effet dit qu’ils avaient alerté la Ligue du danger de ce contrat. Je n’en avais pas connaissance. Mais les faits, malheureusement, leur donnent raison», a corroboré Jean-Pierre Caillot, le président du collège des clubs de L1. Le patron du Stade de Reims a également alerté sur «une situation dramatique». « Il faut être clair, à partir du 1er janvier, il n’y aura plus de rentrée financière pour les clubs liée aux droits télé. Ceux qui seront honorés par les autres diffuseurs (Canal+ et Free) serviront à rembourser le prêt contracté pour couvrir les échéances de Mediapro. La situation est très grave », a pointé Jean-Pierre Caillot, rassuré néammoins par les propos d’Emmanuel Macron qui a assuré vouloir « mettre la pression sur tous les acteurs comme il se doit et ne pas laisser tomber le foot français.»