L’Autorité nationale indépendante des élections (l’Anie) va étudier la plainte que lui a adressée la direction de campagne de Tissemsilt du candidat indépendant Abdelmadjid Tebboune, dans laquelle elle accuse la direction de campagne du candidat du RND Azzedine Mihoubi dans cette même wilaya de faire dans «la propagande» et de semer «la discorde».
«Après avoir reçu la doléance de l’équipe de campagne d’Abdelmadjid Tebboune à Tissemsilt contre celle d’Azzedine Mihoubi dans cette région, l’Anie est en train d’étudier ce dossier. Nous allons voir s’il s’agit d’un cas isolé ou si c’est général… En tous les cas, et ce qui est sûr, c’est que l’Autorité indépendante des élections est en train de traiter et de suivre tous les dossiers qui arrivent à notre niveau. Elle ne fait aucune distinction entre un dossier ou autre ou un sujet ou un autre», a affirmé le chargé de la communication de l’Anie, Ali Draâ, dans une déclaration à Reporters, précisant qu’il est clair qu’il ne peut y avoir une réponse tout de suite.
La direction de campagne de Tebboune à Tissemsilt a saisi l’Anie car elle reproche à l’équipe du candidat du RND de cette wilaya de «propager la fitna entre les citoyens» et l’accuse de «propagande tendancieuse pour faire croire que Azzedine Mihoubi est le prochain président de la République selon des instructions venues d’en haut, en allusion à l’institution militaire», avait indiqué le staff du candidat libre dans un communiqué. De telles rumeurs sont de nature à orienter de façon implicite l’électorat et de porter préjudice à l’ensemble des candidats, selon la même source qui ajoute que «l’autre conséquence qui pourrait en résulter est que cette façon d’agir peut également porter préjudice au scrutin lui-même». La direction de communication de la campagne de Tebboune a diffusé, hier, un autre communiqué dans lequel elle revient, entre autres, sur cette question. «Au-delà du jeu psychologique qui vise à orienter l’électorat, de telles rumeurs ou de telles pratiques ne servent pas la prochaine élection présidentielle que nous souhaitons et voulons propre et crédible, marquant un nouveau départ pour notre pays», estime-t-on au niveau du staff de communication de la campagne du candidat libre.
Celui-ci ajoute qu’il faut être conscient que de telles pratiques risquent fort de produire l’effet inverse et pourraient même inciter les gens à se détourner complètement de l’opération électorale, d’où la mise en garde contre la manipulation de l’élection et sa réorientation vers une direction contraire à celle du peuple et, surtout, la mise en garde contre la dissuasion de l’électorat. La même source poursuit que «ces pratiques, déplorées par le peuple et que l’on croyait révolues dans cette Algérie qui aspire au changement, ne doivent pas refaire surface, car il est temps de songer et de faire en sorte de construire notre pays tous ensemble». En fait, ce que déplore le plus la direction du candidat Tebboune, «c’est que l’opération de l’élection présidentielle est visée depuis le début aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur. Il y a des agissements qui ne laissent place à aucun doute», estime-t-on, relevant, au passage, que des rumeurs de toutes sortes n’ont pas cessé de circuler depuis le début de l’opération électorale et sont allées crescendo pendant la campagne, et ont touché tous les candidats dans une tentative de faire échec au scrutin. C’est pour cela qu’il faut être vigilant quant aux ingrédients qui viennent parfois s’ajouter à toute la polémique existante et qui pourraient sérieusement porter préjudice à l’élection présidentielle».