Après avoir comparu devant le procureur de la République près la Cour d’Alger, le patron du Groupe Mazouz, Ahmed Mazouz, a été entendu par le juge d’instruction près la même juridiction. Ce dernier, tard dans la soirée de mardi, a décidé de placer Ahmed Mazouz en détention provisoire. Il a été conduit à la maison d’arrêt d’El Harrach, en compagnie du fils de l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lui aussi cité dans l’affaire du Groupe Mazouz. Sont cités également dans cette nouvelle affaire les deux ex-Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal. Ces derniers ont comparu, dans la même journée de mardi, devant le procureur près le tribunal de Sidi-M’Hamed (Alger). Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, cités dans plusieurs affaires de corruption, ont été placés en détention provisoire après avoir été entendus par le juge d’instruction près la Cour suprême. Ils sont poursuivis pour plusieurs chefs d’accusation liés essentiellement à l’octroi d’indus avantages au titre de l’octroi de marchés publics et de contrats, dilapidation de deniers publics, d’abus de pouvoir et de fonction et de conflit d’intérêts. Dans cette nouvelle affaire concernant le groupe Mazouz, plus particulièrement sa filiale automobile, Abdelghani Zaâlane et Youcef Yousfi, respectivement ancien ministre des Transports et ex-ministre de l’Industrie et des Mines, ont été également entendus par le procureur près le tribunal de Sidi-M’Hamed. Plusieurs hauts responsables de l’administration économique ont comparu également devant la même juridiction dans la même affaire. L’instruction n’est qu’à son début et cette affaire pourrait se révéler aussi compromettante que les dossiers d’Ali Haddad et de Mahieddine Tahkout pour de nombreux anciens hauts responsables de l’Etat. n