Par Nadir Kadi
De nouveau jugé en appel dans l’affaire de «falsification de facture» en lien avec les services de l’infrastructure portuaire d’Oran, l’ancien président du Forum des chef d’entreprise (FCE) et directeur de l’entreprise de construction ETRHB, Ali Haddad risque une «aggravation» de la peine. Le procureur de la République près la chambre criminelle du Conseil de la magistrature d’Oran a, par ailleurs, réclamé lors d’une audience tenue jeudi dernier «l’annulation» des acquittements prononcés lors du précédent jugement. Le verdict final du tribunal d’Oran est attendu pour le 19 mai prochain.
Pour rappel, l’ancien homme d’affaire Ali Haddad avait été condamné, en décembre 2021, à une peine de «18 mois de prison ferme» dans cette affaire, et de 2 ans de prison à d’ex-cadres de l’infrastructure portuaire d’Oran. Cependant, 7 coaccusés, dont les frères d’Ali Haddad, ont bénéficié de procédures d’acquittement. Le dossier d’accusation avait, pour rappel, fait suite à une plainte déposée par l’ancien chef du service commercial du port d’Oran, au niveau de l’équipe de recherche de la Gendarmerie de la wilaya, relative à plusieurs affaires de corruption, dont le dossier de facturation frauduleuse des services portuaires et des concessions injustifiées. L’ancien homme d’affaires Ali Haddad serait accusé d’avoir mis en place un système lui permettant l’introduction de marchandises en violation des procédures et sans s’acquitter des montants relatifs aux droits de transfert et d’expédition. La perte subie par la Société du port d’Oran aurait été estimée à près de 5 millions de dinars, selon des sources de presse.