La demande de remise en liberté provisoire introduite par les avocats de la défense en faveur des détenus, dont les trois influenceurs Numidia Lezoul, Farouk Boudjemline (Rifka) et Mohamed Aberkane (Stanley) ainsi que leurs managers, a été rejetée par la chambre d’accusation près la Cour d’Alger. Ainsi, les onze mis en cause restent en prison, dont le gérant de la société Oussama Rezagui et ses collaborateurs. Quant à la plus jeune influenceuse, Ines Abdelli, elle reste sous contrôle judiciaire selon son avocat.