Par Nadir Kadi
Information rapportée par des « sources judiciaires », les deux anciens ministres des Transports Abdelghani Zaalane et Amar Ghoul ont comparu dans la matinée d’hier face au juge d’instruction du Tribunal de Sidi M’hamed. Une audition liée à une nouvelle « affaire de corruption », selon la même source, qui ajoute qu’elle entre dans le cadre de la finalisation d’un dossier d’enquête.
Plus tôt dans la semaine, le lundi 12 avril, Saïd Bouteflika, ancien conseiller de la présidence et frère de l’ex-Président de la République, avait également été entendu dans le cadre « d’affaires de corruption », selon la presse. Aucun lien entre les deux audiences ne peut cependant être fait à ce stade ; les détails de ces éventuelles nouvelles « affaires » sont également « non communiqués ».
Quant aux deux anciens ministres entendus hier par la justice, Abdelghani Zaalane et Amar Ghoul, ils avaient, pour rappel, été cités et condamnés lors de plusieurs jugements ayant fait la une de l’actualité. Amar Ghoul, à la tête entre autres du secteur des Transports, entre septembre 2013 et mai 2015, puis placé sous mandat de dépôt en juillet 2019, à la suite du mouvement populaire, avait ainsi été cité et condamné à des peines de prison de 7 ans et de 18 mois avec sursis dans les affaires « d’avantages indus » accordés aux hommes d’affaires Ali Haddad et Mahieddine Tahkout. Le dernier dossier en date dans lequel le nom de l’ancien ministre a, par ailleurs, été cité, est le jugement en mars dernier du détournement de terrains aux profits d’investisseurs dans le secteur du tourisme dans la wilaya de Skikda. Une nouvelle peine de 4 ans de prison ferme en plus d’une amende d’un million de dinars avaient été prononcées, en appel, contre l’ancien ministre.
Egalement cité dans plusieurs dossiers, Abdelghani Zaalane avait pour sa part dirigé le ministère des Travaux publics et des Transports entre mai 2017 et mars 2019. Et c’est à ce titre que son nom avait été cité dans l’affaire de Tahkout, avant cependant d’être blanchi et acquitté lors du jugement en appel de la cour d’Alger, en novembre 2020.
Et l’acquittement avait par ailleurs été retenu dans l’affaire GB Pharma, où il comparaissait en tant qu’ancien directeur de campagne de l’ex-Président. Quant à l’affaire du foncier de Skikda, où l’ancien ministre est également cité, Abdelghani Zaalane avait écopé d’une peine de 3 ans de prison en plus d’une forte amende d’un million de dinars lors du procès en appel clôturé le 28 mars dernier.