Les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, poursuivis pour « dilapidation de deniers publics », « octroi d’indus avantages » et « abus de fonction » dans l’affaire de montage automobile, ont été condamnés, mardi, respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme par le tribunal de Sidi M’hamed à Alger. Ouyahia et Sellal ont également écopé d’une amende de 100 millions de centimes chacun pour les mêmes charges. Le tribunal de Sidi M’hamed a aussi prononcé la privation d’Ouyahia de ses droits civils et politiques et la saisie de tous les revenus et biens acquis illicitement. Le tribunal a également condamné par contumace à 20 ans de prison ferme, l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb (en fuite) contre lequel un mandat d’arrêt international a été lancé. L’ancien ministre de l’Industrie et des mines, Youcef Yousfi a été condamné, quant à lui, à 10 ans de prison ferme, tandis que l’ancien ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane, a été acquitté. Des peines de 10 ans et 5 ans de prison ferme ont été respectivement prononcées à l’encontre de l’ancien ministre de l’Industrie, Mahdjoub Bedda et l’ex-wali de Boumerdes, Nouria Yamina Zerhouni. Dans la même affaire, le tribunal a prononcé des peines de 7 ans de prison ferme à l’encontre des deux hommes d’affaires Ali Haddad et Ahmed Mazouz, 6 ans de prison ferme assortie d’une amende de 600 millions de centimes à l’encontre de l’homme d’affaires Hassan Larbaoui, 3 ans de prison ferme pour l’homme d’affaires Mohamed Bairi, 5 ans de prison pour Amine Tira, 3 ans de prison pour Aboud Achour, et 2 ans de prison pour Mahmoud Chaid et Hadj Said. Farès Sellal, fils de l’ancien Premier ministre a écopé de 3 ans de prison ferme, tandis que la directrice de l’Industrie de la wilaya de Boumerdes a été acquittée.