La Cour de justice d’El-Bayadh a prononcé hier mardi des verdicts allant de trois ans de prison ferme à l’acquittement dans l’affaire de l’explosion du gaz survenue le mois d’octobre dernier faisant six morts et 17 blessés, a-t-on appris du parquet général de la Cour. Le tribunal d’appel a confirmé, lors de l’audience, les peines de trois années de prison ferme prononcées, en première instance, contre l’entrepreneur chargé du projet d’élimination des points noirs concernant le réseau des eaux usées dans la ville d’El Bayadh et le conducteur d’engin (bulldozer) poursuivis pour homicide involontaire, blessures involontaires et incendie ayant entraîné la destruction de biens d’autrui. D’autre part, les peines de trois années de prison ferme prononcées en première instance à l’encontre du conducteur de travaux et le membre élu de l’APC d’El Bayadh ont été réduites à une année de prison ferme, ainsi que celles prononcées contre l’ingénieur de la direction des ressources en eau et un fonctionnaire de Sonelgaz de 3 à une année de prison avec sursis. Dans le même cadre, six autres accusés ont bénéficié de l’acquittement de toutes les accusations portées contre eux. Il s’agit, en l’occurrence, d’un élu de l’APC d’El Bayadh, d’un ingénieur de l’unité locale de l’Algérienne des eaux (ADE), un autre d’Algérie Télécom et d’un ingénieur à la Société de distribution de l’électricité et du gaz, en plus d’un autre ingénieur de la direction des ressources en eau et un ingénieur du bureau d’études chargé du suivi des travaux de réalisation, selon la même source. De son côté, le parquet général de la Cour de justice d’El Bayadh a interjeté appel contre les peines prononcées par le tribunal d’appel à l’encontre de l’ensemble des accusés dans cette affaire, a-t-on indiqué de même source.